Evolution

Il paraît que nous évoluons. Physiquement. L’être humain évolue physiquement. En permanence. Mais ce n’est pas visible à l’oeil nu. Quoique.

Sur une vie d’homme les changements sont minimes, mais si vous êtes bien attentifs, vous pourrez remarquer un certain nombre de transformations assez curieuses.

Tout d’abord nous grandissons. Nous gagnons de l’ordre d’un centimètre par décennie. Bientôt il faudra rehausser les panneaux de basket pour que le plus petit de l’équipe ne puisse pas faire des dunks juste en se mettant sur la pointe des pieds.

Ensuite, nous nous dépoilons. La vie moderne, le chauffage central et les doudounes made in China ont petit à petit gagné leur combat contre le poil. Les hommes velus se raréfient. Plus de poils dans le dos, de moins en moins sur la poitrine et les bras. Seules les jambes font de la résistance. Et certains endroits stratégiques. Les esthéticiennes peuvent se faire du mouron. Dans un siècle ou deux, elles manqueront de clientes car les corps féminins seront naturellement presque totalement imberbes (ou impoils, je ne sais pas ce qu’ils faut dire).

Nous voyons de moins en moins bien. Nos ancêtres avaient besoin d’une vue perçante quand leur vie dépendait de leurs réflexes. Très peu de chasseurs cueilleurs avaient les moyens de se payer des verres incassables sur des montures Dolce et Gabbana. Autrefois l’espérance de vie des myopes était largement inférieure à celles des dix sur dix. A vrai dire, tous nos sens foutent le camp. Si notre vue décline, c’est également le cas de notre audition et de notre odorat. Pour les mêmes raisons. Nous n’éprouvons plus le besoin de nous défendre contre les dangers de la nature. Nous sommes rarement attaqués par des loups affamés, dans notre salon suédois. Le goût semble échapper à cette hécatombe. Les chefs-cuistots veillent à prendre soin de nos papilles. Quant au toucher, lui aussi paraît épargné.

Nos pouces poussent. Enfin, pas les miens. D’après des scientifiques qui feraient mieux de bosser sur le cancer, selon moi, les générations futures seront dotées de pouces, en moyenne, plus longs de deux à quatre millimètres. Et pourquoi-t-est-ce me direz-vous ? A cause des écrans numériques, je vous répondrai. Observez les jeunes, quand ils textotent notamment. Ils se servent exclusivement de leurs pouces. Comme sur leur calculatrice d’ailleurs. D’où la croissance exponentielle à moyen terme.

L’avenir de l’humanité se résume donc à des grandes perches totalement glabres, équipées de culs de bouteille et d’appareils auditifs, avec des pouces de dix centimètres de long.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s