JPS se retourne dans sa tombe

Le covid-19 ce n’est pas rigolo, mais alors pas du tout.

Ce qui l’est davantage, ce sont les dommages collatéraux dus à cette saloperie de virus interplanétaire. Notamment dans le monde du sport.

Toutes les compétitions étant suspendues, chaque fédération se demande comment elle va manœuvrer pour parvenir à boucler sa saison ou à déplacer ses événements. Et certaines personnes, pourtant épargnées par le coronavirus, se tapent des migraines abominables.

La FFTT (fédération française de tennis de table) est la première à avoir dégainé. Comme tout le monde se fout des nanas et des mecs qui jouent au ping-pong, c’est un peu passé inaperçu. Elle a suspendu toutes ses compétitions jusqu’au 30 juin. Renouvelable. On dirait un sketch de Coluche.

Le PMU a envisagé de faire courir les canassons sans jockeys. Sans public aussi. Mais pas sans paris. Il ne faut pas déconner non plus. Ils ont cependant laissé tomber car les palefreniers ont exercé leur droit de retrait. Il va y avoir un sacré boulot pour rendre les chevals (oui, j’écris chevals parce que les chevaux sont des animaux sauvages qui s’ébattent en liberté dans les grandes plaines du Wyoming sans que des crétins leur installent une selle sur le dos, un morceau de cuir dans la bouche et des godasses d’acier) présentables dans quelques semaines. Leur couper la frange, leur peigner la queue tout ça. Et pas le contraire ! Si tout va bien.

La FFF (fédération française des millionnaires) planche encore sur une date de reprise. Il y a tellement d’argent en jeu que Infantino et ses sbires se démènent pour trouver LA solution miracle afin que vingt-deux messieurs en short puissent se bagarrer pour gagner une coupe dont ils se foutent comme de l’an quarante sauf que le gain de la-dite coupe influence énormément le montant du chèque qu’ils toucheront à la fin. La fin de quoi me direz-vous ? Juste la fin. Tant que ce n’est pas celle du monde, tout va bien. L’honnêteté me pousse à préciser que beaucoup de footballeurs ont fait des dons conséquents à la recherche ou aux personnels soignants. Alors que pas moi.

La fédération internationale de cyclisme, la mort dans l’âme, et non dans la seringue cette fois, a annulé toutes les grandes classiques du printemps. Beaucoup d’organisateurs de tours nationaux ont jeté l’éponge. Ce sera une année blanche, sans pois rouges. Mais quid du Four de Trance ? Quid de la plus grande réunion de sportifs dopés de tous les temps ? Notre ministre des sports a trouvé la solution. Et il faut reconnaître qu’elle a réfléchi, elle ne se fout pas de la gueule du monde. Pourquoi ne pas organiser le Tour à huis-clos ? Clap clap clap… J’applaudis. Voilà de la solution ! Je ne sais même pas comment une telle connerie a pu germer dans son esprit. C’est du haut niveau. Pourquoi pas la finale de la ligue des champions au Subutéo, ou le prix d’Amérique aux petits chevaux. Non mais qui peut imaginer les cyclistes pédaler sur des routes désertes sans les inévitables abrutis dans les cols des Alpes ? Tant qu’à faire, je propose une autre solution, comme ça gratos. Quand j’étais gamin, je jouais au Tour de France avec mes petits cyclistes en plastique, une bille et un circuit dans le sable. Je gagnais tout le temps car je n’avais pas d’amis. Voilà, enfermez tout ce beau monde dans un stade avec cinquante tonnes de sable et un sac de billes et on n’en parle plus.

Ou alors au lieu de dire des conneries, faites leur lire Sartre.

Non, mais sérieusement.

Gifnemé29

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s