Tagada tagada

(petit rappel de mon lexique personnel :

. chevals : animaux domestiques martyrisés par les hommes qui leur collent des godasses de plomb, de de l’acier dans la bouche avant de les monter parce que soi-disant ils aiment cela.

. chevaux : magnifiques animaux sauvages vivant, notamment, dans les plaines d’Amérique du nord).

Dans l’est de la France et en Bretagne des gens mutilent volontairement des chevals.

Voilà où on en est.

Je n’aime pas les chevals mais il ne me viendrait pas à l’idée de me faufiler, la nuit, dans un pré ou une écurie, pour leur faire du mal. J’aurais bien trop peur. Je reconnais qu’à part Jolly Jumper, je ne porte pas dans mon cœur ces animaux au regard stupide, à l’haleine discutable et aux ruades dangereuses. Je ne les côtoie pas et point. Chacun vit sa vie de son côté sans se soucier de l’autre et tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes. Sauf que, dans le meilleur des mondes, les hommes (voire les femmes) ne s’amusent pas à estropier des pauvres bêtes qui ne leur ont rien fait. Remarquez, le nœud du problème doit se situer dans ces eaux-là. J’imagine que les auteurs de ces faits abjects nourrissent une haine incontrôlable à l’égard des chevals. Pour quelle(s) raison(s) me demanderez-vous ? Et bien, vous répondrais-je, les raisons peuvent être multiples.

Brandon a tout perdu, sa femme, ses enfants, sa maison qu’il avait presque fini de payer, son boulot et sa dignité. A cause de quoi ? A cause du tiercé. Brandon joue au tiercé depuis qu’il a dix-huit ans. Il joue avec les copains de la boite de BTP dans laquelle il bosse depuis près de trente ans. Oh non, il ne joue pas beaucoup. Une dizaine d’euros par semaine qu’il récupère environ une fois sur quatre. C’est sympa de retrouver les potes en fin de semaine dans le troquet du vieux Gus, et de boire deux ou trois canons, jamais plus car le pompon serait de se faire gauler au contrôle tutute. Avant de se quitter, chacun file dix balles à Jean-Kevin qui jouera la même combinaison que d’habitude dimanche matin quand il ira chercher des croissants pour le petit déj’ de Pamela sa meuf (un sacré morceau soit dit en passant). Le lundi matin avant d’embaucher, JK distribue les gains éventuels ou explique qu’il n’a pas pu jouer le dix parce que ce connard de bourrin était non-partant dans la troisième à Longchamps. Tout le monde lui fait confiance à JK, c’est un bon gars. C’est vrai qu’il se fait mener par le bout du nez par sa gonzesse, mais ce n’est pas leur problème aux collègues de la boite. Et puis l’autre lundi Jean-Kevin ne s’est pas pointé à la boite. Ni mardi, ni mercredi, ni jeudi. Ce qui a paru tout de suite bizarre, c’est qu’il n’avait pas appelé Myriam pour prévenir qu’il était malade où qu’il avait un empêchement genre décès de sa grand-mère ou quoi. Alors, jeudi soir, après le taf, Brandon et Jean-Louis ont décidé de passer chez JK pour se renseigner, un peu inquiets tout de même. Ils ont sonné pendant cinq bonnes minutes sans que rien ne bouge dans la baraque. Alors, ils ont fait une petite enquête de voisinage. qui n’a rien donné. Faut dire que c’était l’heure du feuilleton à la con sur la une. En retournant à la voiture de Jean-Louis, une Super Cinq toute pourrie qu’il voudrait bien remplacer en gagnant au tiercé par exemple, par réflexe, Brandon a ramassé un journal qui traînait par terre. Comme il n’y avait pas de poubelle à proximité et que Brandon est écolo, il s’est dit qu’il le mettrait dans la poubelle jaune de sa rue. Jean-Louis ronchonnait au volant alors Brandon s’est mis à feuilleter le canard. Juste comme ça. Pour passer le temps. Et tout d’un coup il s »est mis à pleurer. Jean-Louis s’est arrêté sur une place réservée aux handicapés, et comme par instinct, il lui a arraché le journal des mains. Vingt secondes plus tard, il frappait son volant de toutes ses forces en traitant JK d’enculé de sa mère. Le dimanche précédent c’était le prix de Diane. En principe, les potes ne jouet pas sur les grands courses car les favoris sont presque toujours à l’arrivée. Pas ce coup-ci. Premier le numéro dix, Cul d’Oursin, à 75 contre 1. Les côtes du deuxième et du troisième étaient aussi élevées. Résultat, record de gain du prix de Diane depuis sa création pour le tiercé dans l’ordre, onze millions d’euros. Jean-Kevin n’a pas voulu partager. Globalement les mecs s’en sont remis, mais plus de 900 000 boules par tête de pipe, ça reste en travers de la gorge et s’ils croisent JK ils lui feront bouffer ses dents, sauf que JK est sûrement sous les tropiques avec sa pouf. Ils ont même décidé d’arrêter le tiercé pour jouer à l’Euromillion, mais chacun pour soi. Pas Brandon. Lui n’a pas digéré. Il s’est mis en tête que s’il avait gagné une fois, il pouvait le refaire. Donc, tous les dimanches, il joue aux courses. Pas au bistrot. Il se déplace carrément sur les champs de courses. Et quand on habite Nancy, Vincennes ou Deauville ce n’est pas à côté de la porte. Et puis il joue sur toutes les courses. Cent boules sur le gagnant à chaque fois en choisissant la plus haute côte, même si c’est Cul d’Oursin. Cela fait sept ou huit-cents billets par ouikène. Plus de trois-mille par mois. Et Brandon ne gagne jamais. Jamais. Il a vidé les compte familiaux, le Codévi, le PEL, et même les sous mis de côté pour les études de Kimberley et Jimmy. Il a tout claqué. Tout. Et tout perdu. Maintenant Brandon dort dans sa voiture et il nourrit une haine tenace à l’encontre des chevals. Il a complètement perdu la tête. La nuit il erre. Et il pénètre dans les haras pour mutiler les chevals. C’est sa vengeance débile.

C’est peut-être une histoire aussi navrante que celle-là, ou quelqu’un qui ne digère toujours pas ses lasagnes roumaines, ou la victime d’une ruade, ou un lecteur de « L’étalon noir ».

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s