Taux de latin

(devant le succès mitigé de le nouvelle proposé ici-même hier, je présente mes excuses aux rares lecteurs déconcertés)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me souviens de mes cours de latin.

Je crois vous avoir déjà entretenu des individus qui m’enseignèrent naguère la langue de Cicéron. Je n’y reviendrai donc pas, même si ces messieurs me reviennent souvent à l’esprit.

Notamment celui qui eut l’honneur de me compter parmi ses disciples (de discipula, i, is =élève) alors que je m’ennuyais en année de troisième. C’était celui qui fumait pendant les cours mais qui avait l’élégance d’ouvrir la fenêtre pour chasser les miasmes, même en plein hiver. Cet homme, certainement décédé aujourd’hui, avait élaboré une technique pour faire entrer dans nos cervelles rétives les terminaisons verbales. Ainsi, il nous chantait (sic), entre deux quintes de toux, les dites terminaisons, fier de nous faire étalage de sa voix de baryton amphisémique et persuadé que nous les retiendrions aussi bien que les paroles de Julos Beaucarne ou celles d’Hubert-Félix Thiéfaine (je vous conseille au passage de réécouter « La fille du coupeur de joints », un must). Bien entendu, nos cerveaux, en partie ravagés par Iron Maiden (« Run to the hill », incontournable) et Motorhead (rip Lemmy), refusaient obstinément d’intégrer « un deux bo bi bu trois quatre a é ». Nous devions alors user de stratagèmes variés pour obtenir des vingt/vingt qu’il apposait sur nos copies sans rechigner vu qu’il prétendait défendre le savoir ancestral.

Un jour, pourtant, il me scotcha. Il n’aimait rien tant que nous narrer, entre deux quintes de toux, des petites anecdotes liées à la civilisation romaine ou à l’évolution lexicale. Un jour donc, il sortit de sa besace le mot « cras ». Et le monde s’éclaira. Evidemment l’une de ses marottes était de nous faire chercher des mots français issus du mot latin au programme du jour. Avouez que pour des gamins de quinze ans à peine dégrossis et aussi malins qu’un chasseur de pangolins, trouver un mot contenant le latin « cras » n’était pas évident. Il nous apprit alors le mot magique, le mot qui changea ma vie, la procrastination. Merci encore monsieur L., merci. « Remettre au lendemain » (la vox populi rajoutera « ce que l’on peut faire le jour même », dénaturant quelque peu la portée métaphysique du message). Pro cras, pour demain. Il existait un mot de la langue française qui signifiait « remettre à demain » ! J’en ai souillé mon slip (pardon pour cette vulgarité, de « vulgus,a, um » = ordinaire, mais le caleçon n’était pas encore à la mode).

J’aime tellement ce mot et ce qu’il induit, que j’en ai fait mon credo. Je l’ai même un peu amélioré à ma sauce. Ma bannière :  » Remets au surlendemain ce que tu pouvais faire l’avant-veille ». Je ne vous cache pas que cette maxime ne simplifie pas forcément la vie.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

9 commentaires sur “Taux de latin

  1. Ah, mais moi, je l’ai aimée, cette histoire. Elle ne casse pas trois pattes à un canard, mais elle m’a fait rire. Si je n’ai pas commenté, c’est que depuis je parcours la vaste toile mondiale (communément appelée vtm) à la recherche d’une photo de Cindy.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s