Laver son linge sale (remarquez que c’est assez stupide de laver son linge propre)

(j’ai bien compris que mon article d’hier n’a pas emporté une adhésion exceptionnelle ; un peu de fatigue nerveuse sans doute ; je vous présente une partie de mes excuses ; pas toutes, faut pas déconner non plus)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je parle de ma famille.

Je vous ai parlé, naguère, de mon oncle ingénieur et créateur de j.peg. Il est un peu l’exception de la famille qui par ailleurs est constituée de personnes lambda ou de frappadingues. Vous imaginez bien que je préfère vous entretenir de la deuxième catégorie.

Le frère de mon grand-père s’appelait Pierre et c’était un gros con. Il a passé l’essentiel de sa vie à picoler, à fumer deux paquets de gitanes par jour, à sauter tout ce qu’il pouvait et pourtant il est mort à plus de 80 ans. Il n’était pas à proprement parlé le tonton lourdaud de la famille car la nature l’avait doté d’un cerveau exceptionnel. Il était l’un des cruciverbistes les plus forts de France. Il commençait invariablement ses journées par remplir, en une vingtaine de secondes, la grille de mots croisés de Ouest-France. Certes, c’est loin d’être un exploit, même avec la gueule de bois qu’il devait se trimballer, mais ensuite, il s’attelait à des grilles que des verbicrucistes confectionnaient exprès pour lui et pour une poignée d’élus. Après, il trainait son chien de bar en bar jusqu’à midi. Il devait écluser l’équivalent de deux litres de vin blanc dans une dizaine de cafés nantais. Bien sûr, il a exercé une profession. Il était haut-fonctionnaire et rata la préfecture de peu. Sans doute son éthylisme lui ferma la porte.

Je l’ai assez peu connu, et c’est tant mieux. A chaque fois qu’il débarquait dans une fête de famille, il était ivre bien qu’il conduisît son automobile. Il disait à peine bonjour et filait en cuisine mettre la main sur une bouteille. Puis il entonnait son refrain célèbre (pardon aux oreilles chastes) : » Mes couilles, ma bite et mon zob « . Il faut avouer qu’il s’y connaissait en anatomie. Toutefois, les femmes de la famille n’avaient pas assez de mains pour occulter nos jeunes oreilles. Il vivait avec sa deuxième femme et la mère adoptive de celle-ci. C’était une très vieille dame qui avait la particularité de cavaler comme si elle avait conservé ses jambes de vingt ans. Mon oncle l’appelait « Une de mai ». Je suppose que vous ne pouvez pas tous goûter la référence, faites donc un peu de recherches.

Je n’ai jamais compris pourquoi ma grand-tante restait avec ce rustre qui passait son temps à l’insulter. C’était une très belle femme avec des faux airs de Simone Signoret jeune. Bon, il faut dire qu’elle était assez originale. Elle ne se déplaçait jamais sans son chien Roméo (je pense qu’il y en a eu plusieurs mais ma mémoire défaille), un affreux teckel auquel elle passait tous les caprices. Il mangeait la même chose que les humains et bénéficiait même d’un petit café pour digérer. Il pissait partout mais sa maîtresse refusait de l’admettre et elle accusait toujours notre chien qui était pourtant enfermer dans la cave pour ne pas stresser Roméo. Elle allait jusqu’à toucher le sexe de son roquet pour prouver qu’il était sec (juré!).

Si cette évocation familiale remporte vos suffrages, j’ai deux ou trois autres hurluberlus sous le coude.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

6 commentaires sur “Laver son linge sale (remarquez que c’est assez stupide de laver son linge propre)

  1. Cher écrivain sans éditeur, mais avec lecteurs, et c’est le plus important, merci, merci, merci pour vos articles drôles, décalées, qui donnent matière à réfléchir, très bonne journée, bien cordialement, Louise Salmone

    J’aime

      1. Ah mais c’est carrément une très bonne nouvelle, et l’empêchement à la diffusion ne va durer qu’un temps, tout passe… bien forcément. Très bonne soirée, bien cordialement, Louise Salmone
        Nb : et vous nous direz le titre de votre livre, les libraires peuvent encore commander…

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s