Mégalobsolescence

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, j’aide l’humanité.

Les plus anciens d’entre vous (c’est à dire mes zéro lecteur d’une époque révolue) se souviennent certainement d’un brillant article dans lequel je fustigeais le lobby des industriels de la pince à linge. Avec ma sagacité habituelle, j’avais démontré que ces exploiteurs perfides abusaient de la naïveté des consommateurs pour commercialiser des pinces à linge à obsolescence programmée. Ils usinaient leurs produits en plastique en y insérant une faiblesse de manière à ce que la ménagère (ou le ménager bien entendu) brise par inadvertance le délicat objet en étendant son linge. Je suis fier de vous annoncer que mon article a fait trembler le lobby. En effet, la nouvelle génération de pinces à linge s’avère beaucoup plus résistante que sa prédécesseuse.

Fort de mon influence sur la conception des produits de première nécessité, j’ai décidé de m’attaquer à un roc, que dis-je à un roc, à un mégalithe de la surconsommation, à un temple de la dépense ménagère, à un univers fermé et inexpugnable, j’ai nommé les fabricants de sécateurs. Oui, cher lectorat attentif, pour le bien de la communauté terrestre, je n’hésite pas à mettre en péril ma liberté et mon intégrité physique. Il ne sera pas dit que je me serais soumis au patronat, à la bourse et au grand capital.

Le sécateur est un objet totalement indispensable pour les milliards d’êtres humains qui peuplent notre misérable planète. Comment vivre sans sécateur ? Je vous le demande. Et vous ne trouvez pas de réponse, car il n’y a pas de réponse. La vie sans sécateur mérite-t-elle d’être vécue ? Je ne crois pas. Avancer sur le chemin qui mène vers l’inéluctable sans pouvoir se rassurer quelque peu en évoquant son sécateur bien à l’abri dans le garage serait le comble de la tristesse et du désespoir. Des femmes et des hommes sans scrupules ont bien compris le rôle du sécateur chez leurs contemporains. Ils ont surtout senti la manne financière à portée de leurs poches avides. Ils ont cogité. Comment faire en sorte que le sécateur ne se transmette plus de générations en générations comme le couteau que le père offre à son fils lorsqu’il entend les grincements funestes de la charrette de l’Ankou ? Comment vendre des sécateurs aux individus démunis et surtout comment les obliger à renouveler leur achat inévitable ?

Alors Jean-Eudes eut une idée lumineuse. Il avait un cousin qui travaillait dans un laboratoire d’études de pinces à linge qui lui avait expliqué, sous le sceau du secret, le principe de l’obsolescence programmée. Il en avisa le grand patron de Sécatoria qui sauta sur l’opportunité. Finis les sécateurs à ressort qui pouvaient allègrement vaincre la répétition des gestes jardiniers d’autant qu’ils étaient badigeonnés d’un produit miracle anti-corrosion. Vive(nt) les sécateurs designs, noir mat, ergonomiques, munis d’une languette discrète de métal visant à remplacer le laid ressort et bénéficiant d’une qualité essentielle : la fragilité.

Relayez ce scandale autour de vous, ne vous laissez pas exploités par le lobby du sécateur.

Tremblez les sécatoristes Jourdu’ est dans la place.

Bientôt je vous entretiendrai des fabricants d’élastiques de caleçons.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

Un commentaire sur “Mégalobsolescence

  1. Bon jour,
    Je lis que le sécateur a un fervent défenseur en vous à produire un article de belle facture et qui cisaille de prêt l’entourloupe des fabricants peu scrupuleux et qui comptent sur la naïveté ou méconnaissance des utilisateurs amateurs et coupeurs de végétaux en ce fabuleux outil qui est dénaturé par effet du mercantile …
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s