La molle histoire du fonde (ce titre ne veut rien dire mais je ne veux pas payer de droits d’auteur à Mel Brooks)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je trouve que nous vivons une drôle d’époque.

Depuis le début de la pandémie, nos chères autorités nous rappellent sans cesse un certain nombre de « gestes barrières » afin d’endiguer la propagation de cette saloperie de virus. L’un d’entre eux consiste à se laver les mains plusieurs fois par jour. Je dois vous avouer que cette mesure me laisse pantois. Cela signifierait-il que le citoyen moyen ne se lave jamais les mains ? Je fais partie d’une catégorie, pas si rare que cela, de personnes qui passent leur temps à se laver les mains en temps normal. Je ne supporte pas les mains poisseuses, notamment. Alors en temps de pandémie, je vous laisse imaginer ma facture d’eau.

Il m’est revenu à l’esprit l’histoire de ce chirurgien hongrois, Ignace Philippe Semmelweiss, qui œuvra toute sa vie pour l’hygiène des mains considérant, à juste titre et bien avant l’heure, que la propreté manuelle des médecins était vitale pour faire progresser l’espérance de vie des patients, et par conséquent, le récurage des menottes devait se démocratiser.

Ce que l’on sait moins, c’est que près de 2000 ans avant Semmelweiss, un autre illustre personnage avait érigé l’hygiène de la pogne en philosophie existentielle. J’ai nommé Ponce Pilate. Le préfet de Judée, au premier siècle avant monsieur Christ, ne supportait pas le contact de la peau de ses contemporains. Bien que la poignée de main ne soit pas d’usage en ces temps jadis, il arrivait fréquemment que monsieur Pilate ait à entrer en contact avec l’épiderme d’un de ses semblables. Pour cette raison, Ponce Pi’, comme l’appelaient, en son absence, ses nombreux subordonnés, faisait venir du savon d’Alep et occupait une partie non négligeable de ses journées à se frotter les mimines. Mais pas les pieds. C’en était une horreur. Ses voûtes plantaires puaient la charogne et étaient, en outre, recouvertes d’une épaisse couche de cal, car Ponce Pi’ était adepte de la marche, considérant que la bicyclette n’avait aucun avenir d’autant qu’elle ne serait inventée que bien des siècles plus tard. Un jour qu’il passait des vacances dans la villa de son beau-frère à Pompéi, il eut l’étrange surprise de marcher sur un caillou doux. Il ramassa la petite pierre et se rendit compte qu’elle était étonnamment légère car d’origine volcanique. Il la fourra dans la poche secrète de sa toge, bien décidé à en étudier les particularités le soir-même, après bombance. Vers 18H30, assis sur sa couche, il se gratouillait la plante du pied droit avec le petit cailloux poreux, en pensant à Lucilia, la servante accorte de « La Hure avenante » qui possédait des mamelles ma foi fort à son goût mais qu’il hésitait à lutiner car en Gaule romaine sévissait un mouvement féministe baptisé « balance ton sanglier » ou « statera iusta vestris dimisi » en langage châtié, qui obtenait des sanctions contre les hommes trop entreprenants pouvant aller jusqu’à une amende de dix sesterces. Alors qu’il se levait pour procéder à ses ablutions, il avisa, sur le sol, des résidus jurant dans la poussière ambiante. Observant le dessous de son pied droit et le comparant avec le gauche, il en déduisit que la petite pierre possédait des propriétés abrasives stupéfiantes. Ni une ni deux, il se rendit à la questure locale pour déposer un brevet lui octroyant le monopole de l’exploitation de ce qu’il nomma fort opportunément, la Pierre Ponce.

Quelques années plus tard, en Judée, il tenta de lancer la mode d’une nouvelle danse. Sans succès cette fois.

Non, sed gravissime.

Gifnem29

3 commentaires sur “La molle histoire du fonde (ce titre ne veut rien dire mais je ne veux pas payer de droits d’auteur à Mel Brooks)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s