Je vous salis ma rue

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Hier, beaucoup d’entre vous se sont insurgés sous prétexte que j’ai mis en avant la vie de monsieur Jo, et relativement peu parlé de celle de son épouse. Comme si j’étais misogyne alors que j’aime beaucoup Amanda Lear.

Pour vous dire la vérité, je craignais d’aborder un sujet sensible.

Petit retour en arrière. Mimie accouche dans une étable d’un enfant bien portant bien que son époux officiel ait écrit dans ses mémoires (« Moi Jo, je ne suis pas ton père », Nazareth Editions) qu’il n’a jamais connu sa femme bibliquement, un comble. Ce qui est regrettable dans ces mémoires, remarquablement traduites de l’Araméen par un certain monsieur P., c’est que monsieur Jo ne dévoile pas le secret de la grossesse de Mimie. Il faudra attendre la fin du 20è siècle pour comprendre que la jeune femme a choisi de louer son ventre pour améliorer le quotidien difficile pour un charpentier et sa famille en ce premier siècle avant son fils. Elle a rencontré par hasard un certain Gabriel Lange qui lui a proposé de l’argent contre une gestation. Les modalités exactes restent floues. Monsieur Lange n’est que l’émissaire d’un mec bien plus important, un certain monsieur Dominus. Un type assez insaisissable selon des témoignages fiables.

Mimie est  donc la première femme de l’histoire à pratiquer la GPA (Gestation Pour Autrui, pour mes nombreux lecteurs finlandais). Ce qui est surprenant, c’est que nos amis les catholiques intégristes soient vent debout contre cette prestation alors que leur héroïne favorite en est l’instigatrice. Preuve que les « croyants » devraient mieux connaître leur livre de référence.

Monsieur Jo accepte ce fils comme le sien. Pourtant leurs rapports seront souvent tendus notamment le jour où le petit refuse obstinément d’apprendre à nager, préférant lire pour la énième fois son petit fascicule intitulé « La Magie pour les nuls« . Après le collège, il refuse l’apprentissage de charpentier que lui propose monsieur Jo car ce dernier commence à gagner beaucoup d’argent en fabriquant des croix pour les Romains.

Mimie se désespère un peu des fréquentations discutables de son fils. Une douzaine de garnements ne le lâche pas d’une plante de pied (ils ne possèdent pas de semelles) et les treize filent au zoo parce que les bêtes les aiment (je sors). Il multiplie les pains sur le nez de ses camarades à la récréation et embête les petits paralytiques en leur affirmant qu’il suffit de le vouloir pour marcher jusqu’à la gare Saint-Lazare. Il parvient même à se faufiler aux festivités des noces de Lorick Cana (petite blague pour mon lectorat albanais) pour voler quelques amphores de vin français qu’il remplace par de la grenadine (ici, les versions divergent). De plus, il rend visite régulièrement à une femme de mauvaise vie, Maria Chapdelaine.

Plus les années passent plus le petit s’éloigne de sa mère. Elle décide de faire une annonce à Sion car les Suisses sont déjà connus pour faire revenir les êtres chers des personnes épuisées, grâce à leur fameux choc au las. Pour l’occasion, elle se pare de ses plus beaux atours bien que généralement elle vête des habits fort simples. Comme l’aréopage se trouve à l’étage, elle doit monter aussi, elle. Nous sommes le quinze août. Mais après, elle fait une descente, je crois. Je ne vois pas d’autres explications. Ensuite, elle doit se laver, Marie, à la fontaine, avec neuf chattes. Elle se signale et obtempère au nom de son fils.

Voilà, ne venez plus me dire que je ne suis pas féministe.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

8 commentaires sur “Je vous salis ma rue

  1. Bien que croyant, je t’avoue que j’ai bien rigolé en lisant ta façon d’écrire la vie de madame Mimine, de son fils J; qui mène une vie étrange et de la réaction de monsieur Jo face à ces deux personnes. Un brave homme ce monsieur Jo tout de même.
    Il n’en este pas moins que si tu croises le chemin de catholiques pratiquants intégristes et extrémistes, veille à t’écarter de leur chemin car ces messieurs-dames qui n’aime pas qu’on parle ainsi de cette famille pourraient te lapider sans retenue.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s