Beaucoup de bruit pour rien

La corvée. Mais il faut savoir soigner son héritage. Alors, il a pris sur lui. Un déjeuner, deux heures maximum, ça devrait être supportable. Surtout bien lister les sujets de conversation à éviter avec elle. Religion, politique, médecine, réchauffement climatique, elle, lui. Il ne reste plus grand chose, même si elle est capable de parler de Neymar ou de la dernière Lamborghini comme n’importe quel pilier de zinc. Le jardin, la maison, voilà les sujets abordables, et encore, en douceur.

La vraie surprise sera le menu. Quelque chose de simple, il a demandé, comme d’habitude. Et pas d’ailes de raie sinon il repart illico. Pas d’escargots non plus.

Arrivée. Air bises. Namasté. A table.

Osso bucco. Avec des pâtes. Pas top pour un diabétique, mais elle le réussit vraiment bien. Restons zen.

TIC

Ne pas oublier de parler fort. L’ancien est de plus en plus dur de la feuille. Discussion consensuelle. Non, attention, ne pas parler de la pandémie au risque d’entendre les dernières versions de BFM. Comment se porte le jardin ? Ben, c’est l’hiver, il dort. Vite vite, sujet suivant.

TIC

Merde, la famille… Il avait oublié d’éviter la famille. Ce n’est pas un des sujets tabous, c’est juste un sujet super chiant car répétitif. Toujours les mêmes histoires. Pourtant, elle ne radote pas, elle le fait exprès. En plus elle les re-raconte deux fois puisqu’il faut tout répéter à Jean.

TIC

« – Mais… C’est quoi ce bruit ?

– …

– Ben quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit ? C’est quoi ce TIC ?

– … (regards échangés, gênés)

– Dites-moi… Vous avez fait une connerie ?

– Non… Non, on n’a rien fait… On n’osait pas t’en parler…

TIC

– De ce bruit ?

– Oui.

– C’est quoi ?

– On ne sait pas, il est apparu depuis deux jours, hein Chéri, c’est ça ?

– Quoi ?

– LE BRUIT, DEPUIS QUAND ?

– Avant-hier.

– Mais non, c’était mercredi, au réveil…

– Non, c’était avant-hier.

TIC

– Non, je suis certaine que…

– Bon on s’en fout, en plus avant-hier c’était mercredi.

– Quoi ?

– AVANT-HIER C’ETAIT MERCREDI.

(oh putain !) (gros soupir)

S’ensuit une véritable expédition domestique. Le but, situer l’origine du

TIC

Garage, buanderie, éliminés. Pas de

TIC

Entrée, chambre du fond, très léger le

TIC

Couloir

TIC

C’est bon, on y est. La trappe du grenier. Go. Raté. Retour au couloir.

TIC

Putain, c’est dingue ! D’où elle vient cette saloperie de

TIC

C’est limite flippant. Des murs blancs, une moquette usée, un plafond…

TA TATA TAAA TATATAAA, TA TATA TAAA TATATAAA (sur l’air des « Aventuriers de l’arche perdu« )

Problème réglé. Au suivant.

 

Alors, cher lectorat attentif, qui parmi vous fera preuve de perspicacité ? D’où provenait ce fameux TIC ? Le ou la premier(ère) à dénouer cette intrigue diabolique gagne une nuit d’amour avec monsieur P.

(cette histoire est assez navrante et sans grand intérêt, je vous l’accorde, comme disait le marchand de pianos, mais je dois vous avouer que les déjeuners chez ma mère ont cet étrange pouvoir de me vider, littéralement, de toute forme d’inspiration, voire d’envie ; une tisane, un suppo et une bonne nuit de sommeil me rendront, je le souhaite, cette verve que Gad Elmaleh me jalouse, selon un petit article sans importance paru dans le Washington Post ; vous aviez déjà remarqué que le nom de la capitale US signifiait « Ville qui lave » ? Leurs villes portent des noms rigolos mais leur pays n’en a toujours pas ; ils sont bizarres ces Ricains, non ?)

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

TIC

33 commentaires sur “Beaucoup de bruit pour rien

  1. Cool ! J’adore les devinettes ! Après avoir écouté la musique des aventuriers de l’Arche perdue en boucle toute cette nuit (et bon sang, ça n’aide pas pour réfléchir !) j’ai finalement quelques Zippo (placement de produit car faut bien vivre) thèses à te proposer :
    1) Ça se passe au plafond du couloir apparemment …
    2) Qu’est-ce que l’on peut bien trouver accroché au plafond d’une demeure bretonne ?
    3) Et qu’est qui fait du bruit au plafond, genre : « Tata tata tatata tata tatata….  » ou simplement « tic » si c’est bloqué ?
    4) Réponses possibles (et c’est là qu’on voit que je la mérite cette nuit d’amour avec Monsieur P.) :
    Un animal (oiseau, gros insecte, souris, chauve-souris) pris dans une immense toile d’araignée ?
    Un animal pris dans un ruban collant attrape-mouche ?
    Un ventilateur bloqué par un ruban collant attrape-mouche ?
    Une grosse horloge bretonne bloquée ?
    Une montre oubliée dans une poche de veste accrochée au porte-manteau ?
    Un compteur électrique Linky qui déconne ?
    Une canalisation entartrée ?
    Un starter de néon qui ne démarre pas ? Tiens… je l’aime bien celle-ci de solution : un starter de néon qui coince, c’est ça ?

    J’aime

  2. Ce n’est pas que je tienne particulièrement à une nuit d’amour avec Mr P. que je n’ai pas l’honneur de connaître -je la laisse volontiers à Ernest qui s’en réjouit d’avance- (et j’aime bien Ernest), mais tout soudain j’ai cru avoir une illumination : et s’il s’agissait du tic du minuteur du temps imparti au déjeuner, hum ? pas bête hein !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s