Jour de crêpes

Le sachiez-vous ?

Chaque 2 février de nombreuses personnes décèdent à  cause d’une overdose de crêpes. Le ministère de la santé se refuse à communiquer des chiffres officiels. Pourtant, les statistiques ne mentent pas. La mortalité, en France, le 2 février, dépasse celle de tous les autres jours (sauf le 29 mars mais personne ne sait pourquoi).

Mais pourquoi les gens se bourrent-ils de crêpes le 2 février ? Parce que c’est la chandeleur, vous dites-vous, puisque vous êtes très perspicaces. Mais cette explication manque d’originalité. Explorons.

Les origines de cette tradition sont assez obscures, mais les scientifiques affirment qu’elles remontent à la nuit des temps. Certains  avancent même l’hypothèse que Noé, lui-même, aurait accueilli un couple de crêpes dans son arche. Cependant, cette théorie n’emporte pas l’adhésion de l’ensemble de la communauté scientifique.

Si l’on fait fi de ces calembredaines théologiques, il faut se pencher sur des recherches sérieuses.

De récentes fouilles archéologiques semblent démontrer que les dinosaures ne connaissaient pas les crêpes. En effet, aucun billig n’a jamais été découvert près des ossements d’un diplodocus. Bien plus tard, lorsque Vercingétorix jeta ses armes aux pieds de César, les rapporteurs de l’époque ne notent pas la présence d’une spatule en bois, appelé parfois répartiteur. Enfin, lors de l’inquisition, les joyeux tortionnaires ne noyaient jamais les suppliciés dans de la pâte à crêpes.

Pour toujours ne pas trouver trace de la crêpe du 2 février, il faut attendre la révolution française. Tout le monde sait aujourd’hui que Marie-Antoinette n’a jamais conseillé au peuple affamé de manger, à défaut de pain, de la brioche. En revanche, ce que l’on sait moins, c’est qu’elle n’encouragea pas non plus ces pauvres gens à déguster des crêpes.

Le mystère reste entier.

Néanmoins, un lecteur attentif des « Choses vues », le journal de Victor Hugo, remarquerait que le grand Totor raconte, à plusieurs reprises, qu’il a envie de se rouler la crêpe. Or, il est de notoriété publique que Juliette n’était pas un cordon-bleu.

Je vais cesser ici la litanie des absences de la crêpe dans l’histoire du monde. Peut-être vaut-il mieux que la crêpe garde tout son mystère. Cependant, je ne peux m’empêcher d’attirer votre attention, cher lectorat, sur un phénomène que d’aucuns nomment les soucoupes volantes. Ne trouvez-vous pas que ces fameuse soucoupes ont une forme de crêpe, au moins autant que de soucoupe ? Et puis, qui a déjà vu des soucoupes voler ? Alors que les crêpes…

Vous l’avez compris, la théorie la moins farfelue consiste à expliquer que les crêpes viennent du fin fond de l’univers.

Dans ses mémoires, « Vulcain, mon amour », monsieur Spock fait une rapide allusion à une spécialité culinaire de sa planète, le dfitropza. Il explique que le dfitropza, composé de rtacho, de xxxxxxxxxxxuxxxxxx (ça se prononce xxxxxxxxxaxxxxx) et de sauce soja, se déguste lors de la fête des ennemis parce que c’est parfaitement dégueulasse. La ressemblance entre la recette du dfitropza et celle des crêpes est assez  troublante.

Enfin, Alf affirme, dans un récent entretien au Melmac Post, qu’il n’a jamais fourré un chat avec des crêpes.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

9 commentaires sur “Jour de crêpes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s