Le conte n’est pas bon

Je ne sais  pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Il existe de nombreux moyens de distraire vos chers petites têtes plus ou moins chevelues.

Je suppose que vous savez que presque tous les contes de fées sont d’affreuses histoires gores maquillées en gentillettes bluettes. J’aime particulièrement les aventures du petit Poucet et de ses six frères. Pour mémoire, les parents bucherons décident d’abandonner leurs sept fils dans la forêt car ils n’ont pas de quoi les nourrir et préfèrent que les loups puisent profiter de chair fraîche.  Au moins les adorables bébêtes pourront faire des provisions. Poucet et ses frères échouent chez un ogre qui décide de les manger en papillote mais qui était si étourdi qu’il bouffa ses sept filles. Et hop, bébé dort.

Disney s’est souvent emparé des contes. Je vous conseille de revoir « Blanche-Neige et les sept nains ». Une scène de ce film que vous avez montré à vos enfants est absolument sidérante. Lorsque les nains partent à la mine, Blanche-Neige les embrasse un à un sur le front. L’un des petits hommes, je crois qu’il s’agit de Grincheux, rechigne puis se laisse faire. Le baiser l’émeut tant qu’il devient tout rouge, notamment son nez, il peine à trouver son équilibre et percute un arbre. Son nez tumescent s’introduit dans une fente de l’écorce. Vous avez dit bizarre ?

Voici quelques années, j’ai vu un documentaire qui recensait une partie des étrangetés présentes dans les dessins animés. Un nuage à la forme suggestive dans « Le Roi lion ». Un mendiant nu sous sa toge dans un Astérix (furtif mais visible). Un phallus dissimulé dans le château sur l’affiche de « La Petite sirène ». Une femme nue (non dessinée) à la fenêtre dans « Bernard et Bianca » (hallucinant). Certes, parfois les esprits retors exagèrent un peu comme pour l’arc de Raiponce, mais globalement, les illustrateurs qui dédient leur vie à distraire les plus petits sont des gros dégueulasses.

Et cela ne date pas d’hier.

Réécoutez « Au clair de la lune » avec un minimum de perversité, vous découvrirez des paroles tendancieuses. Et sans aucune perversité, relisez attentivement le texte de « Il court, il court, le furet ». Tout est dans le titre d’ailleurs.

Si vous avez d’autres exemples, je suis preneur (d’autant que j’en avais un méga-top au réveil, et hop, après la douche, disparu).

Je ne résiste pas à vous conter l’anecdote véridique suivante. Dans une autre vie, j’ai assuré un cours de Français en Terminale. Cette année-là, « Les Fleurs bleues » de Raymond Queneau était (étaient ?) au programme. Dès les  premières lignes du roman, l’auteur plante le décor en accumulant les contrepèteries et les jeux de mots foireux. Je demandais aux élèves d’en relever une (contrepèterie) après leur avoir expliqué le principe (c’était assez compliqué de trouver des exemples qui ne fussent pas « cochons »). Aucun d’entre eux ne parvint à en trouver une. Je m’y collais donc.

Queneau écrit : « Sur le bord du ru voisin campaient deux Huns ».

Croyez-le ou non, les gamins ne m’ont jamais cru et une demoiselle m’a même dit que j’avais l’esprit mal placé.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Un commentaire sur “Le conte n’est pas bon

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur la façon dont Disney a traité les différents contes.
    Les contes de Perrault mine de rien sont cruels et encore, la version racontée aux enfants est assez édulcorée. Disney a retiré des parties de certains contes parce qu’ils faisaient allusion à la sexualité et à la puberté et la censure puritaine américaine veillait.
    Il est exact que des petits malins se sont amusés à cacher certains dessins osés dans certains dessins animés. Pour ce qui est des contines, j‘avais fait deux billets sur ce sujet : toutes ces chansons entonnées par les enfants, en apparence inoffensives parlent de sexualité, de viols et j’en passe.
    Ah si tous les parents savaient !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s