Ouvrard

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais assez peu empathique, mais moi, parfois; je me demande.

Le corps humain est, dit-on, une machine parfaite. Notre organisme issu d’Adam et Eve, ou, selon vos croyances, d’une évolution biologique millénaire, est capable de combattre chaque seconde, des milliards de nano-attaques virales, microbiennes ou communistes. Il paraît même que notre corps est l’organisme le plus parfait de la création.

Eh bien, permettez-moi d’en douter.

Je ne remets pas en cause l’affirmation scientifique qui s’applique dans un contexte général, mais qu’en est-il du particulier ?

Si vous le voulez-bien, je choisirai un cobaye que je maîtrise assez bien, moi. Et passez votre chemin si vous n’aimez pas l’auto-apitoiement. Non mais.

Outre la rupture de mon poignet droit, qui vous a peu ému, convenez-en cher lectorat, mon anatomie n’est pas très représentative de la théorie scientifique sus-développée.

Je vais tâcher de me montrer exhaustif. De haut en bas.

Depuis mes treize ans, ma vision oscille entre -5 et -6, myope donc, mais également astigmate et depuis peu, presbyte.

Mon oreille droite siffle depuis une dizaine d’années. Pourtant, je n’ai presque pas trainé dans des concerts hurlants et encor moins dans les profondeurs abyssales. De plus, j’ai perdu, à peu près 20% de mon acuité auditive.

Pénétrons l’intime.

Ma capacité pulmonaire est nettement inférieure à la moyenne. Mon cœur bat, au repos, entre 70 et 80. Après l’effort, il monte aisément à 160. Quand j’étais gosse, en cours d’EPS, je trichais toujours lorsque le prof nous demandait de prendre nos pulsations. Je donnais toujours le même résultat que mon voisin, sinon le prof me traitait d’incapable, et tout le monde se foutait de ma gueule.

Mon pancréas est fichu. Il continue à exercer le minimum syndical histoire de me laisser en vie, sympa, mais il a choisi de ne pas en faire trop en me déclarant diabétique.

Pendant plus de trente ans, mes intestins ont vécu une vie parallèle sans jamais me demander mon avis. Pour faire simple, j’ai connu des diarrhées chroniques durant toute cette période, sans relâche. Le plus étonnant, c’est que la diabétologue m’avait prévenu que le traitement médicamenteux risquait de dérégler mon transit. Peut-être imaginez-vous ma détresse. Incroyable, depuis que j’avale mes quatre cachets par jour, je défèque comme tout le monde, j’avais complètement oublié ce bonheur.

Ma prostate… Bon, pour le moment, elle me laisse plutôt tranquille.

En 2007, un petit cancer de rien du tout. Gamin un ? Bizarrement, je n’ai jamais vraiment su. Un purpura rhumatoïde ou une leucémie. Mystère.

Et des pieds grecs.

Et je vous fais grâce des pathologies plus générales comme l’arthrose (aines, doigts, épaules), les étourdissements associés aux pertes d’équilibre et la connerie.

En revanche, je possède une très bonne dentition et encore pas mal de cheveux.

Au fond, je me demande si, avec tout ces inconvénients, je ne suis pas une sorte de survivant.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

11 commentaires sur “Ouvrard

  1. Si ! Finalement tu dois être une sorte de survivant, une espèce d’Alien ou de Robocop qui a gardé visage humain et qui résiste à tout malgré tous tes maux.
    Si j’avais su que tu t’étais cassé le poignet, j‘aurais compatis plutôt deux fois qu‘une puisque l’an passé je me suis cassé le poignet et la cheville gauche ! Quel pied ! Une lombalgie chronique qui faut des siennes.
    Sans parler que comme toi, je suis myope et astigmate. Mes poumons sont un peu comme les tiens mais, à ton instar, ma chère prostate me fout la paix.
    Alors devant les souffrances que t’inflige la mère Nature, je compatis du fond du cœur et te souhaite une bienvenue au club.
    https://trigwen.wordpress.com/2021/02/12/pensees-obsedantes/

    Aimé par 1 personne

  2. Y’a-t’il un médecin dans la salle ???

    J’ai toujours pensé que les hommes étaient assez délicats au final. Dommage que cette délicatesse ne soit pas toujours celle que les femmes attendent d’un homme à leur égard… Mais précisément, ne nous égarons pas ! Tu disais que nous n’étions pas empathiques ? mais qui t’a encouragé hier à faire des progrès, propos de la chute ratée, hum ? Je plaisante évidemment ! (je préfère préciser, on ne sait jamais, l’écriture n’ayant pas d’intonation vocales)

    J’ai l’impression après ta lecture, que ceux qui ont toujours les yeux en face des trous après les ans, les mois et les semaines passés, ne fassent figure d’alien. Je ne me dénoncerai donc pas !

    Bonne journée et SURTOUT : ne sors pas ces jours, confine-toi au fond de ton lit !

    Aimé par 1 personne

  3. Je compatis pour le poignet, qui ne s’en remettra que dans plusieurs semaines de galère pour se vêtir… (pour ma part j’avais eu droit au gros plâtre blanc très lourd puis à un 2ème plus léger et plus petit car le poignet (droit) n’était toujours pas bien reconstruit au bout des 4 semaines -de mémoire- de plâtre blanc. À la limite de l’opération d’ailleurs (léger deplacement osseux) mais cela date de mes 9-10ans 😅 Par contre ma foulure à la limite de l’entorse durant mon adolescence a mis plusieures années à s’en remettre car cela a engendré une fragilité et je me faisais régulièrement des petites foulures…)
    Bref, je ne suis pas si vieille (29ans) mais entre un durillon terrible que je me trimballe depuis bientôt 3ans, un kyste au genou depuis 1an, et occasionnellement des tendinites aux poignets, des maux de dos et diverses migraines, je ne me sens plus aussi fraîche qu’avant 😆

    Et comment va la hanche/jambe droite?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s