Kenavo my love (Kig-ha-farz brothers, 1982)

Le sachiez-vous ?

J’ai déjà eu l’occasion ici de vous apprendre que le breton Loïc Boicussec avait inventé l’eau. Ce que je ne vous ai pas précisé en revanche, ce sont les conséquences de cette invention sur l’ensemble du fier peuple breton.

Et ces conséquences sont multiples. Tout d’abord, parlons physionomie. L’omniprésence de l’eau sur notre territoire a fait évoluer nos corps. Nous arborons de magnifiques pieds palmés qui nous permettent de nous déplacer avec davantage d’aisance, surtout en hiver, en automne, au printemps et en été, lorsque les chemins débordent et lorsque les champs cessent d’ingurgiter le trop plein aqueux. De plus, les nouvelles générations commencent à présenter sur chaque côté du crâne des ouïes afin de favoriser les déplacements en milieux liquides du 1er janvier au 31 décembre. Enfin, nos scientifiques œuvrent à mettre au point une peau hydrofuge à mi-chemin entre la poêle Téfal et le capitaine Haddock.

L’autre jour, je vous parlais également du fossé. Je vous annonce que les géomètres ont terminé leur travail, et que les pelles vont entrer en action dans très peu de temps (dès que nous aurons trouvé suffisamment d’esclaves). Les quatre départements bretons (en effet, après de longs palabres nous avons accepté d’intégrer l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan ; la Loire Atlantique ? Connais pas…) ont choisi de se désamarrer du continent pour entamer une nouvelle vie d’ilien (les bretons sont des iliens et non des insulaires, pour info). Dès que le fossé sera terminé, des plongeurs détacheront la Bretagne de la France avec des tronçonneuses water-proof et vogue la galère. Des charpentiers façonnent, à l’heure où je vous écrit, des pagaies dans le but d’aider la nouvelle nation à prendre son envol nautique (comment ça, c’est impossible un « envol nautique » ! Taisez-vous donc, vous n’y connaissez rien…). Des chaînes particulièrement résistantes joindront nos îles périphériques à l’île mère afin de ne perdre personne en route. Durant les travaux, une permanence installée à Loguivy-de-la-mer permet à tous les citoyens du monde de demander la nationalité bretonne. Bien entendu, si l’aventure vous tente, vous devez être une personne naturellement imperméable, être capable de cuisiner l’eau de 365 façons différentes et posséder un poisson rouge nommé Bubulle. Ensuite, vous avez toutes vos chances sauf si vous êtes normand ou si vous possédez un survêtement blanc.

Pour finir, je tiens à détruire un cliché tenace. Le Breton ne boit pas, il se désaltère. Il faut reconnaître que toute cette eau donne soif. Vous remarquerez tout de même que, contrairement à certains, les Bretons ne mélangent pas l’eau avec d’autres boissons. Nous avons notre dignité, nous.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

7 commentaires sur “Kenavo my love (Kig-ha-farz brothers, 1982)

  1. Parmi les îles que tu comptes amarrer à la Bretagne, tu comptes attacher le Mont Saint Michel ?
    Sinon, avec ces idées tu vas te faire recruter par des membres cachés du F.L.B.mais te faire des ennemis parmi ceux qui considèrent que la Loire Atlantique fait partie de la Bretagne puisque le château des ducs de Bretagne se trouve à Nantes.
    Un conseil : fais-toi protéger !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s