Terre Attacks !

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Je viens d’entendre des scientifiques affirmer que la probabilité qu’il y ait de la vie, quelque part dans l’univers, est égale à la probabilité qu’il y ait de la vie nulle part ailleurs que sur la Terre.

J’aime bien les scientifiques. Un peu comme j’aime les chats. Ils sont beaux, ils sont malins, ils me font rire, mais ils ne servent à rien. Notamment les astrophysiciens. Ils sont un peu comme les médecins de la fin du Moyen-Âge. Ils tentent des trucs. Au 14è/15è siècle, ce qui faisait fureur en matière de médecine, c’était (ou c’étaient, je ne sais jamais, monsieur P.?) les saignées et l’eau tiède. Comme vous le savez sûrement les toubibs d’alors ont plus souvent vidé les malades de leur sang ou noyé ceux-ci, qu’obtenu des résultats probants.

Aujourd’hui les scientifiques construisent des engins spatiaux dont le prix représente l’équivalent de deux repas par jour pendant dix ans pour l’ensemble de la planète, pour faire joujou et au passage vérifier s’il y a de l’eau sur Mars. Ou au moins de la vie. Vu que ces crétins engoncés dans leurs certitudes stupides partent du principe que l’eau et la vie sont étroitement liées. Ce qui me ferait vraiment rigoler, ce serait qu’un Martien de douze mètres de haut trouve le module à 2 milliards de dollars, et l’offre à son fils pour qu’il s’amuse un peu. Ou qu’il l’écrase par mégarde avec son gros 4X4. J’ose espérer que les milliards dilapidés le sont dans l’optique de suivre les conseils de monsieur Stephen Hawking qui, je vous le rappelle, a annoncé l’apocalypse sur Terre vers 2600, essentiellement à cause de la démographie et de la surconsommation énergétique qu’elle engendrera. Vos descendant iront-ils installer leur salon de jardin en plastique sur la planète rouge ? Je n’en sais rien. Mas l’exploration de l’espace me laisse toujours un peu dubitatif. La Lune, bon pourquoi pas. Même en faire un lieu de vacances pour milliardaires, je m’en bats les steaks. Mais le reste… Si jamais on apprend qu’il y a ou qu’il y a eu de la vie chez les petits hommes verts, ça nous avancera à quoi ? Coloniser Mars ? Coloniser… Encore des conneries à venir lorsque des fanatiques exigeront de construire une mosquée ou une église sur le sol rouge. Ou quand on se rendra compte que le sol martien contient des métaux précieux et que les bulldozers massacreront tout sur leur passage. Ou lorsque les habitants sortiront de leurs trous et qu’il faudra bien les zigouiller parce que bon, on ne sait jamais.

Je sais bien que c’est un discours angélique, pourtant je ne peux m’empêcher de me demander ce que pensent les étasuniens vivant sous le seuil de pauvreté quand les ingénieurs de la NASA se congratulent en voyant la petite machine amarsir sans dommages. D’autant que, dès que nos dirigeants décideront que l’heure est venue de quitter la Terre, je doute fort qu’il y ait de la place dans le vaisseau pour les laissés pour compte. Je suis même persuadé que des animaux seront prioritaires.

Ne vous inquiétez pas tout de suite, d’après monsieur Hawking, il nous reste à peu près 500 ans pour bien détruire ce qui reste ici-bas.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

14 commentaires sur “Terre Attacks !

  1. La conquête spatiale est une conquête tout court. Les quidams infortunés tels que nous n’ont rien à y voir ni a espérer. Il s’agit là, comme tout principe impérialiste, de servir quelques uns des plus à l’aise, pour le moins. Donc, Mars, Uranus, Io ou la Lune, il faut bien préparer un endroit pour sauver nos chers nantis du chaos de notre planète mère qui en a par ailleurs rien à cirer que l’Humanité détruise son environnement, vu que ses besoins ne sont pas les nôtres, qu’elle en a vu bien d’autres et des bien pires. Tout le reste n’est que philosophie platonicienne. Enfin, c’est mon avis. Et comme dit encore mon père du haut de ses 92 balais : « Nous autres dans cent ans, on n’en parlera plus. » Ceci dit une question pour le quiz, si Mars est rouge, ses indigènes verts, de quelle couleur est l’eau ? Ah ? Hein ?

    Aimé par 1 personne

  2. C’était, c’étaient, c’est comme vous voulez (où vous irez, j’irai).
    J’aime bien amarsir, mais son emploi est critiqué par les puristes (ceux qui décident comment nous devons parler).
    Pour le reste, bof, on en reparlera dans cinq cents ans. Vous avez un cani préféré, pour le rendez-vous? Plutôt le matin, l’après-midi je serai en galante compagnie. Une Martienne de mes amies très chaude avec qui j’espère bien conclure.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s