Clémence *

*(je signale à mon aimable lectorat que celle ou celui qui pourra expliquer ce titre sibyllin gagnera mon estime éternelle)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

A la suite d’un article récent, malignement intitulé « Cat(s) à strophes », j’ai essuyé un commentaire sarcastique, et pas de la part de n’importe qui. Monsieur P., mon Mentor, que dis-je mon Pangloss, mon capitane Haddock, mon Jolly Jumper, mon Jiminy Cricket, ma Moneypenny, ma perruque, ma jambe de bois, mon Terminator, mon Troll Hébus, ma petite souris, bref, l’homme de ma vie virtuelle s’est permis de critiquer mes alexandrins. Et je ne m’en remets pas.

Huez lectorat attentif et adulé, huez.

Quand je pense que j’ai gagné le prix de la plus belle césure au festival de Montmorillon en 1987, et que, lors d’une cession de l’agrégation de Lettres Modernes, j’ai remis une copie couverte de 762 alexandrins réguliers (j’ai été recalé par un correcteur dont l’esprit poétique était aux abonnés absents). Comment pouvez-vous ainsi, monsieur P., me couvrir d’eau propre (même si j’en profite pour me doucher) ?

« La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres ». J’avoue que malgré mon talent, je n’ai pas écrit ce vers qui est l’œuvre de Stéphane Mallarmé, ainsi nommé parce qu’il possédait un tout petit pistolet. En revanche, pour laver mon honneur, je vous offre ce quatrain en exclusivité mondiale. Il a été sélectionné pour représenter ma cuisine aux Vers Olympiques de 2021 qui devraient se dérouler à Alexandrie, dans le respect des gestes barrière(s), merci.

 » Madame la Baronne avait le cul en fleur

De ses fesses Baron usait comme d’un mixer

Pour colmater la brèche chaque jour chaque instant

Le vieil aristocrate sortait son vit fumant « 

Tout dans la délicatesse, l’élégance et la douceur.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

50 commentaires sur “Clémence *

  1. Que lis-je? On m’interpelle? Mais je ne veux que votre bien. La visée de mon commentaire était que vous vous améliorassiez, car je sais l’homme de talent qui se cache en vous, et il m’en cuirait que je vous dénigrasse.
    Sinon, Clémence et un baron, je ne voix qu’Antoinette Henriette Clémence Robert, qui a écrit Le Baron de Trenck, mais cela me semblerait un peu trop capillotracté.

    J’aime

    1. Aie. Je ne voix au lieu de je ne vois. Que la terre s’ouvre sous mes pieds et m’engloutisse à tout jamais et que mon nom et la honte qui l’accompagne soient oubliés à tout jamais.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s