White wedding (Billy Idol, 198?)

Le sachiez-vous ?

La Bretagne est un pays de légendes. Ce poncif élaboré pour attirer les touristes n’est pas totalement faux. Quelques historiettes courent ça et là sur les landes désertiques de l’Aber Wrach aux confins d’Ouessant. L’une d’entre elles a ma préférence. La dame blanche.

Certains pseudo- historiens affirment que l’on trouve des traces de la légende de la dame blanche dans les hiéroglyphes égyptiens. Comme si une légende purement et exclusivement bretonne pouvait apparaître dans une civilisation hypothétique qui adorait les crocodiles et construisait des Rubik’s cube pointus. Alors que la véracité des légendes bretonnes ne pourraient être mise en doute par des cerveaux équilibrés.

Nous sommes dans les années 80. Erwan et Gaël roulent en direction de Plougastel-Daoulas dans la R5 du père de Gaël qui n’est pas au courant que son fils et le meilleur ami de celui-ci lui ont emprunté son bolide bleu-clair pour aller courir la gueuse au Mélody, à Guipavas. C’est Erwan qui conduit car Gaël a voulu tenter des expériences éthyliques et son estomac a peu apprécié. Erwan s’est contenté de sept petites vodkas à l’orange et il voit très bien la route s’il ferme un œil. Qu’il ne possède pas le permis de conduire dérange moins les deux amis que la boite de vitesse qui grince tout ce qu’elle peut. « Débraye, ça fume ! » hurle de rire Gaël en récupérant le tarpé sur les lèvres du chauffeur dont la vessie commence à déborder. « C’est quoi débrayer ? » répond-il en se recoiffant d’un geste étudié cent fois devant son miroir.

Soudain la voiture pile. Erwan n’en croit ni ses yeux ni sa bonne fortune. Une jeune femme fait du stop sur le pont de Plougastel. Le brouillard, à couper au couteau, a failli l’empêcher d’apercevoir la divine créature, toute de blanc vêtue, le pouce levé. « Vous allez à Plougastel ? » demande la jolie bouche au rouge-baiser baveux. Erwan sort du véhicule et fait basculer son siège afin que la jeune femme s’installe sur la banquette arrière. Ce faisant, il peine à dissimuler sa mâle émotion provoquée par les formes féminines que l’humidité ambiante dessine au travers du tissu blanc trop léger. Puis il reprend la route. Gaël s’est endormi. Erwan ne parvient pas à détacher son regard du rétroviseur intérieur qui lui renvoie l’image d’un sourire prometteur. Afin de mettre toutes les chances de son côté, Erwan se penche un peu pour récupérer la boite de Tic-Tac dans la boite à gants en veillant à ne pas réveiller son ami qui pourrait devenir son rival. Quand il relève la tête, le rétroviseur lui renvoie l’image de la banquette arrière, vide. Disparue, volatilisée, la belle demoiselle. Panique. Diablerie. L’absence de réflexes inculqués par les vingt heures de cours de conduite réglementaires ne lui permet pas de redresser la voiture qui quitte la route dans un virage vicieux et percute le talus de Fañch Le Coz, producteur de fraises et conseiller municipal.

Vingt minutes plus tard, les pompiers constateront le décès de Gaël Caradec, 19 ans, et celui de Erwan Le Gall, 18 ans. aucun des deux n’avait bouclé sa ceinture de sécurité. En revanche, Yuna Hénaff, 17 ans, devra son salut à son ivresse qui la fit glisser dans l’étroit espace entre la banquette arrière et les sièges de l’avant. A la question de l’adjudant Pors, 31 ans de service, qui lui demandait pourquoi elle était tout de blanc habillée, Yuna répondit : »Chépa, j’aime bien ».

Depuis cette époque, plus personne ne s’arrête sur le pont de Plougastel pour prendre une femme en stop, si celle-ci est drapée du sceau de la virginale couleur.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Un commentaire sur “White wedding (Billy Idol, 198?)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s