Lucien

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Serge Gainsbourg aurait eu 92 ans cette année, ce qui est beaucoup trop. Il a quitté cette Terre de pleurs et de misère en 1991, à l’âge de 62 ans ce qui est beaucoup par rapport à ses consommations toxiques. A l’époque je m’étais dit, et je n’étais pas le seul, que la fumée conserve la viande et que l’alcool conserve les fruits. Aujourd’hui, 62 ans, c’est jeune.

Je n’ai jamais apprécié le travail de monsieur Gainsbourg. Je n’ai jamais compris cet engouement intergénérationnel pour cet homme dont le comportement me rebutait au moins autant que sa production musicale trop largement « inspirée » selon moi. J’ai longtemps développé un rejet de tout ce que Gainsbourg produisait. Musique, apparitions télévisées, roman unique, Birkin, sa fille. J’en étais même venu à élaborer une théorie qui ne trouva que très peu d’adeptes. Je pensais que Gainsbourg, en tout cas Gainsbarre, n’était qu’une posture. Certes cet homme buvait trop et fumait comme un pompier (bien qu’une étude approfondie des images vous prouvera et d’une qu’il crapautait, et de deux qu’il allumait beaucoup de cigarettes sans vraiment tirer dessus), mais ces attitudes étaient étroitement liées à l’artiste. Gainsbourg sans alcool et sans tabac ne serait plus Gainsbourg. Sur la fin de sa carrière, Lou Reed, buveur et drogué notoire, interdisait le tabac dans ses concerts et obligeait le public à rester assis, et du coup Lou Reed n’était plus Lou Reed. Les admirateurs de Gainsbourg auraient-ils aimé un chanteur sobre accro aux nicorettes ? Certainement pas. Et jamais personne n’a tenu un paquet de cigarettes à la main, comme un vulgaire adolescent avec son smartphone, pendant toutes ses heures d’éveil.

Tout le monde rit des excès de langage de Gainsbourg sur les plateaux télé. Pourtant son attitude face à Withney Houston et Catherine Ringer éttait juste abjecte, alcool ou pas alcool. Je ne sais pas ce que les jeunes femmes artistes pensent de Gainsbourg aujourd’hui, mais j’espère que leur discours féministe et #metooiste dénonce autant l’homme que son œuvre, puisqu’il ne faut pas détacher l’homme de l’artiste dans certaines histoires, paraît-il. S’il faut boycotter certaines personnes ayant tenu des propos discutables sur les réseaux sociaux ou ailleurs, je ne vois pas pourquoi l’homme à la tête de chou échapperait à cette démarche.

C’est tout de même curieux cette maladie des cordes vocales qui touche toute la famille Gainsbourg. Et c’est embêtant pour des chanteurs.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

7 commentaires sur “Lucien

  1. Quand les voyous ouvrirent les clandés de la Bastille les premiers à s’y précipiter furent les bourgeois qui ne trouvaient rien d’immoral à mettre la main au cul des javaneuses. Les puritains sont les pires fauchtards et Gainsbarre leur a donné du grain à moudre. Ma rue de Verneuil et mon tricycle ont eu l’oeil au beurre noir et moi j’ai été montré du doigt pour peu fréquentable. Pas facile à digérer quand ma meilleure amie de cette époque faisait des passes pour nourrir son amour qui pensait qu’on pouvait faire poète dans un monde perverti…
    N-L

    Aimé par 1 personne

  2. Hier soir, sur le talk-show de Julie Snyder (télé de Montrèal), elle a repassé une entrevue qu’elle avait faite avec Gainsbourg qui datait de 16 semaines avant sa mort, avec des clips de celle avec Withney Houston. Le clash, quand même, avec tout le propret sur-javelisé qu’on nous propose ces jours-ci, mais le type n’en était pas moins devenu un inexcusable gros dégueulassse aux dents pourries.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s