Ah, te voilà toi !

Ils ne m’ont pas demandé d’écrire une oraison funèbre. Tant mieux, je ne suis pas Bossuet.

Et j’aurais raconté quoi ? L’amitié ne se raconte pas, ou mal, elle se vit. L’amitié ne s’explique pas, ou mal, elle existe. Des personnes très différentes les unes des autres se trouvent, se quittent, se retrouvent, ou pas. Je me méfie de l’amitié. Elle m’a plus déçu que l’amour. L’amour est fait pour décevoir, par définition. L’amitié ne suit aucune règle. Un jour, un (ex) copain m’a dit : »L’amitié ça s’entretient ». Je ne lui ai rien répondu pour ne pas le traiter d’imbécile. Le miracle de l’amitié c’est qu’elle ne nécessite aucune révision régulière, aucun graissage, aucune réparation. Elle ne supporte pas la philosophie non plus. Elle est.

Je le connaissais depuis quarante-cinq ans. Si je mets bout à bout le temps que nous avons passé ensemble, je doute d’atteindre une seule année. Parfois, il s’est passé plusieurs années sans que nous éprouvions le besoin de nous voir, même de nous appeler. Et puis un jour, l’un ou l’autre débarquait et c’était exactement comme si nous nous étions quittés la veille, avec des expériences en plus, des sujets de conversations interminables, des rires, des pleurs, des silences, des regards, des embarras, des soulagements. Il savait que j’existais, je savais qu’il n’était pas loin.

Chaque fois, il m’accueillait par cette phrase que je n’aurais pu citer sous les ors d’une église décadente : »Ah, te voilà toi! » que j’illustrais par un : »Comenksé ? » Au moins, je sourirais jusqu’à la fin de mes jours en pensant à cet échange de gamins, puis de vieux gamins.

La douleur était trop prégnante pour qu’il puisse la combattre. Elle a gagné.

Demain, si vous êtes sages, je vous raconterai à nouveau des bêtises.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

4 commentaires sur “Ah, te voilà toi !

  1. L’amitié ne s’explique pas, ou mal, elle existe. Comme tu as raison ! Ton ami disait à très juste titre que l’amitié ça s’entretenait et il avait fortement raison.
    J’ai un ami, un vrai, un solide, un fidèle toujours présent dans les bons et les mauvais moments. C’est un ami avec lequel nous avons partagé presque tout et lorsque je le retrouve je me revois dans ton témoignage lors de nos retrouvailles.
    Tu as perdu un ami, un double, quelqu’un qui devait être un peu ton miroir et je trouve que la façon dont tu en parles est belle et poignante. C’est un bel hommage et c’est la preuve d’un bel attachement, la preuve indubitable que, même disparu, il sera toujours avec toi.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s