Souvent Breton varie

Je ne sas pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Donc, nous y voilà. Après le Britannique, le Sud-Africain, le Brésilien, v’là t’y pas que les scientifiques ont découvert un variant breton. A Lannion.

Alors, une précision s’impose. Certes Lannion se trouve effectivement en Bretagne, mais de peu. Franchement, l’intitulé « variant lannionnais » ou éventuellement « variant costarmoricain » aurait été davantage pertinent.

Je sais que pour des non-bretons la différence paraît subtile voire inexistante. Que nenni !

La Bretagne est une terre complexe. Un petit rappel historico-géographique s’impose.

« Au début était le Chaos. Juste après vint la Bretagne. Exactement la Bretagne Ouest. Le Léon et le Poher. C’était un pays montagneux reconnaissable à ses remontées mécaniques et à sa gastronomie à base de fromage. Les premiers habitants s’appelaient les korrigans. Ils étaient très frileux et décidèrent de construire des maisons de pierres et, pour mener à bien leur projet, ils se servirent sur les montagnes. Voilà pourquoi plus personne ne vient skier en Bretagne. Avec les pierres restantes, ils construisirent les Côtes du Nord car leur soif expansionniste s’était réveillée, le chouchen ne suffisant plus. Les plus primitifs d’entre eux choisirent de s’installer sur ces terres arides pour y cultiver des algues vertes qui ne servent à rien sauf à empoisonner les chevals et les sangliers. Ils y demeurent toujours. Plus tard, ceux qui avaient fait fortune en vendant les pierres élurent domicile dans le Morbihan car il y faisait plus chaud, presque 12° en été. En revanche, les mégalodons pullulaient dans les eaux autour de Belle-Île. Aujourd’hui, ils sont remplacés par des Allemands tout rouges qui font beaucoup plus flipper. Enfin, les Korrigans explorèrent les terres de l’est où ils délimitèrent le tracé d’un futur fossé avant de construire un château trop au sud parce que ces cons-là n’avaient pas le compas dans l’œil.

Le temps passant, les Korrigans des Côtes du Nord commencèrent à développer des maladies. Parmi eux, quelques-uns, qui se croyaient plus malins que les autres, s’amusèrent à tester le pouvoir des plantes qui poussaient sur la lande battue par les vents d’Iroise et les pluies de novembre (c’est beau hein ? Je ne suis pas qu’un chroniqueur lambda, je suis également un très mauvais poète). En vérité, ils cherchaient à se démonter la tête pour oublier le chômage, les fins de mois difficiles et le beurre doux. Ils se rendirent compte qu’ils étaient moins malades que les autres et associèrent l’ingurgitation de certaines décoctions particulièrement dégueulasses à la résistance de leur organisme. Après une réunion très arrosée, ils créèrent un laboratoire dont la première et seule invention fut le stéthoscope à pédale.

En 2021, après des millions d’années sans que personne ne se soucie de leur existence, les habitants des Côtes du Nord (rebaptisées Côtes d’Armor dans l’indifférence générale) se vengèrent de l’humiliation subie en créant, dans les vestiges du laboratoire, un « variant » à la Covid qui s’avéra indétectable par les tests PSG et qui, en deux mois et demi, décima intégralement l’espèce humaine. Sauf les habitants du Léon et du Poher ».

Voilà, il fallait replacer les choses hors de leur contexte.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

7 commentaires sur “Souvent Breton varie

  1. Bon jour,
    Si je comprends bien la manœuvre ils deviendraient les 2 villages irréductibles ! Ils seront ainsi du Club très très fermé des survivants comme Adam et Eve … les Bretons sont de gens étranges …
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s