En avant, vers le passé (2)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je continue sur ma lancée.

Hey Doc ! Finalement, j’y retournerais bien un peu. T’as fait le plein de la DeLoréan ?

23 mai 1996 – Naissance des jumeaux, Liv et Isidore. Lorsque nous avons su que Claire attendait des jumeaux des deux sexes, nous avons décidé qu’elle choisirait le prénom masculin et moi le féminin. Sans droit de véto. Sauf Kevin, pour moi, et Kimberley, pour elle. Bonne rigolade.

Je n’aime pas les enfants. Des autres. Je craignais de ne pas aimer les miens. Par atavisme. Résultat, je suis gaga de ces deux morceaux de chair qui gâchent mes nuits et mes t-shirts. Je m’émerveille d’un rot ou d’un caca formé. Je ne l’aurais jamais cru. Même le manque de sommeil me plaît. La grossesse de Claire a été un peu compliquée sur la fin, et elle allaite. J’estime que je peux me lever la nuit lorsque les démons se manifestent. Car ils réclament toujours en même temps ces deux salopiauds. Claire tire son lait, ainsi je peux nourrir les monstres à trois heures du mat’.

J’étais persuadé d’engendrer des enfants malades, chétifs, ou pire. Liv et Isidore sont en parfaite santé, en avance sur toutes les prévisions du pédiatre. J’en nourris des doutes. Sont-ils vraiment de moi ? Je me demande si tous les pères du monde se sont posés cette question. Bien entendu, le simple fait d »y penser est insultant vis-à-vis de mon épouse. Mais c’est plus fort que moi. En plus, il n’y a pas de jumeaux dans ma famille, ni dans celle de Claire. Ce n’est pas un truc héréditaire la gémellité ? Comme la calvitie ou la stérilité ? Ou comme la connerie.

Je déteste voyager. L’avion, l’eau, tous (ou « tout » adverbe, monsieur P.?) ces trucs dangereux. Avant de l’épouser, j’avais prévenu Claire que je ne l’accompagnerai jamais dans deux endroits : les discothèques et le reste du monde (à part le Canada en hiver, mais elle déteste le froid). Pas de problèmes, elle dansera et explorera la planète en compagnie de sa meilleure amie, Myriam. Dès que les gamins ont eu cinq ans, elle leur a fait faire un passeport. Et roule ma poule. L’Inde, l’Egypte, les USA. Je collectionne les cartes postales de villes la nuit. C’est très bête mais ça me fait rire. A chaque fois, la photo est toute noire.

L’entrée en sixième des jumeaux (ben oui, pas de Claire, bande de nouilles), m’a fichu un coup. Nous n’avons pas désiré d’autre(s) enfant(s), c’est pourquoi le collège est un tournant dans nos vies. Les adolescents s’éloignent, chaque jour, imperceptiblement, de leurs parents. Il paraît que c’est l’ordre des choses. Je m’en fous. Je ne veux pas que mes gosses grandissent. Je ne veux pas qu’ils aient des cours de physique. Je ne veux pas qu’ils écoutent de la musique de merde. Claire pleure sur mon épaule lorsque les portes du collège se referment sur l’enfance de Liv et Isidore. Je lui demande si elle veut un autre enfant. Elle me sourit dans ses larmes brouillées de mascara.

— Lequel ?

— Choisis.

Bonne rigolade.

Hey Doc ! Ce coup-ci c’est bon, tu peux ranger ton bolide, je n’en aurai plus besoin.

Non mais sérieusement.

Gifnem29

3 commentaires sur “En avant, vers le passé (2)

  1. C’est bien tous. Par contre, je ne l’accompagnerais, avec un s. Puisque avais est à l’imparfait, il est requis ici d’utiliser le conditionnel (et non le futur). Voilà, c’était la leçon du jour. Chaque lecteur me doit cent balles (anciens).
    Sinon, les enfants, ben oui, ça crie, ça pleure, ça fout le chenil de partout, mais en fin de compte, c’est la plus belle chose qui soit.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s