Courses

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte du boulot que cela représente de sortir un brillant article tous les jours. Voire deux, depuis que j’ai eu l’excellente idée de vous faire part de mes lectures. Au bout d’un moment, la source se tarit. L’écran reste blanc. Mais, je comprends bien l’importance que mes petites chroniques ont prise dans votre vie maussade. J’aime imaginer mon lecteur, au petit-déjeuner, le cheveu en bataille, la barbe bleue (sauf pour ces dames, enfin la plupart), l’œil vitreux, de la bave sèche aux coins des lèvres, pianotant fébrilement sur son clavier pour découvrir ce que Jourd’hu lui a concocté pour égayer sa journée, avant de rejoindre le club de Scrabble.

Bon, en vrai, vous connaissez ma modestie légendaire, c’est moi qui ai besoin de vous. Je ne peux pas vous perdre, je ne m’en remettrai pas (ce qu’il faut dire…). Donc, contre vents et marées (d’équinoxe), je trouverai, coûte que coûte, un sujet.

Aujourd’hui, ma liste de courses (ne vous inquiétez pas, je ne vous ferai le coup qu’une fois puisque je fais toujours la même liste, à une vache près).

  • Yaourts (un chaque soir pour préserver ma flore intestinale)
  • œufs (un œuf dur chaque matin pour engraisser mon cholestérol)
  • pamplemousses (un demi chaque matin pour la vitamine C et parce que c’est super-bon)
  • thé noir (deux/trois par jour car c’est un antioxydant ; je rouille très peu)
  • chocolat noir (le minimum pour un diabétique, et puis ça remplace les câlins, il paraît ; mais faut enlever le papier alu)
  • moutarde forte (j’en mets partout sauf sur le chocolat)
  • pommes (chaque jour une pomme nourrit son homme ; une pomme quotidienne éloigne le médecin, si on vise bien)
  • tomates (base de mon alimentation ; je triche un peu car j’attends encore un petit mois pour m’offrir des green zebras, des noires de Crimée et surtout des tomates ananas, une tuerie, si vous ne connaissez pas)
  • caviar gris d’Iran (j’ai un fourgue qui pratique des prix seulement exorbitants)
  • vache-qui-rit (un délice avec le caviar, et la moutarde bien sûr)
  • farine (non, ce n’est pas un code ; le code c’est : bicarbonate)
  • frizzante (un litre par jour ; c’est d’un ennui d’avoir arrêté l’alcool)
  • péfion (non, je ne fais pas un stock en prévision du 3è confinement, je n’en ai plus, c’est tout)

Quand je pense que demain, en arrivant au magasin, je vais me rendre compte que j’ai oublié ma liste…

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

12 commentaires sur “Courses

  1. Bon jour,
    Je vais paraître crédule voire idiot mais je ne connais pas ce mot : « péfion ». Qu’est-ce ?
    En tout cas une liste qui ne laisse pas indifférent (e?).
    Max-Louuis

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s