Plaisir coupable

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Plus j’avance en âge, moins je regarde la télé. D’ailleurs lorsque cette tendance s’inversera à nouveau, il sera temps que je m’achète des dents. Pourtant, je l’avoue, j’ai été télévore limite compulsif pendant une quinzaine d’années. Par exemple, à une époque, il me semblait improbable de louper « Tout le monde en parle » ou « Les enfants de la télé ». Toutefois, déjà à ce moment-là, je ne supportais pas les animateurs. Ardisson et son propos sous-jacent faisant l’apologie de la drogue, Arthur et son goût à peine dissimulé pour le pognon. Quant à Canal+, je l’avais demandé en mariage, sans succès.

Relativement récemment, pour une raison qui m’échappe, j’ai regardé « N’oubliez pas les paroles ». Sans doute pour me moquer ou pour cracher sur ma télé (c’était avant la pandémie). Je n’en suis toujours pas revenu, mais cette émission m’a plu. A priori, elle avait tout pour me déplaire. Outre l’animateur, dont j’ai déjà dit beaucoup de mal, je suis plutôt réfractaire au karaoké et aux chanteurs et teuses qui s’entrainent face à leur miroir avec une brosse à cheveux en guise de microphone, et qui, par conséquent, chantent encore plus mal que Bénabar. Même la musique ne me fait plus dandiner du popotin depuis belle burette.

Ce programme dégage un truc. Une sorte de joie d’être là extrêmement communicative. De plus, la production est impeccable, la dramaturgie (toutes proportions gardées) intéressante. Mine de rien, c’est une des rares émissions télévisées proposant de vrais musiciens professionnels, ainsi que des choristes de grande qualité. Pour ne rien gâcher, #metoo, la violoniste et la « leader » sont extrêmement agréables à regarder. Enfin, un certain humour règne (et je ne parle pas de monsieur Fam et de son humour sous la ceinture teinté de remarques, à mon sens, sexistes, du genre « ma belle », « ma douce » à l’égard de candidates statufiées).

Même si je passe un bon moment devant NOPLP (comme disent les djeun’s), je préfère lire. Rassurez-vous, je ne vais pas chroniquer chaque numéro de l’émission. Quoique, finalement ce n’est pas une si mauvaise idée. Je pourrais copier/coller, tous les jours. Oui, le problème de cette émission, c’est le renouvellement. Les chansons proposées reviennent régulièrement, plus exactement les artistes. Si vous maîtrisez le répertoire de France Gall, celui de Pascal Obispo et celui des nanas avec des noms interchangeables, vous avez vos chances. Ah oui, les comédies musicales aussi, là je zappe.

J’ai remarqué quelque chose à propos de la lecture et de la télévision. Il n’y a jamais eu une émission conjuguant littérature et divertissement. J’aimais beaucoup Pivot, mais je ne crois pas lui faire injure en affirmant qu’il manquait un peu de fantaisie. Je sens que je vais démarcher les chaînes avec le concept suivant. On enfermerait des jeunes gens dans un château d’où ils pourraient sortir une fois qu’ils auraient lu trois bouquins. Non deux. Un. Une fois qu’ils auraient lu, ce serait déjà très bien. Même le dos de la boite de corn-flakes.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

2 commentaires sur “Plaisir coupable

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s