Le zizi à Pépé

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

J’habite, une partie de l’année (et pas les meilleurs mois), une station balnéaire du nord-Finistère. Cette petite bourgade plutôt tranquille ne présente aucun intérêt particulier en dehors de ses grandes plages de sable fin. Certes, au détour d’un chemin, vous trouverez deux ou trois fours à goémons témoins du labeur de mes ancêtres (il s’agit de rigoles de pierres, genre caniveau, dans lequel, sans la moindre protection, des femmes et des hommes faisaient brûler des algues afin d’en extraire quelques misérables kilos de soude, jusqu’au début du 20è siècle). En vous promenant, le long du littoral, sur le GR 34, vous croiserez bien deux ou trois menhirs, dont la datation au carbone 14 n’est pas à l’ordre du jour, tant la forme de l’un d’eux donne à penser que les jeunes du pays s’ennuyaient ferme au 19è siècle. Si vous êtes observateurs, et un brin imaginatifs, vous reconnaitrez le profil du 2è président de la 5è république sur l’arête d’un rocher. Enfin, le syndicat d’initiative vous vantera les halles antédiluviennes sises sur la place du village et valant, sans doute, un coup d’œil rapide, un soir d’été pluvieux au moment du pétrichor.

Une petite station balnéaire agréable mais sans cachet. Sauf, car il y a toujours un sauf.

D’aussi loin que je m’en souvienne, c’est à dire le milieu des années 60, une curiosité géologique amusait les touristes grâce aux bons soins des locaux. Le « zizi à Pépé ». Il s’agissait d’u rocher auquel les caprices de la nature avaient accordé une forme phallique de bon aloi. Chaque année, des chenapans peignaient de rose ledit caillou. A noter que la tradition voulait que le rose soit criard de manière à ne pas trop choquer le bourgeois (la photo ne rend pas justice aux artistes).

Toutefois, dans les années 90, le bourgeois s’en émut auprès de la mairie. Les élus prirent acte des récriminations de l’importun et passèrent à autre chose. Le « zizi à Pépé » continuerait à faire rire les gens simples, à squatter une fois l’an la page locale du quotidien, et même à être cité, pour la blague, dans le 13 heures de monsieur Pernaut. Hélas, le bourgeois dont monsieur Balzac aurait fort bien dressé le portrait acide, s’entêta. Il lança une pétition contre le « zizi à Pépé », l’accusant de pornographie et de perversion de la jeunesse. Une municipalité plus tard, des imbéciles donnèrent l’ordre de dynamiter cette sympathique réussite de la nature sans que personne ne conteste réellement la décision, au prétexte de Land-Art, par exemple. Une explosion plus tard, le bourgeois s’en fut imbu, revendre son pavillon pour s’installer au Cap d’Agde.

Quelques résistants indécrottables tentèrent bien de sauver l’honneur de l’érosion en baptisant un nouvel endroit, les « fesses à mémé », mais cela ne fit rire personne. Le mal était fait.

L’été suivant, les pompiers durent intervenir une paire de fois pour soigner un gamin qui s’était blessé sur les arêtes tranchantes de feu le « zizi à Pépé ».

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

10 commentaires sur “Le zizi à Pépé

  1. Bon jour,
    Un pervers de la vertu qui s’était arrogé un droit de se saisir de la chose ? Quand la bêtise d’un seul fait flancher la collectivité … et l’on s’aperçoit que ce monde-ci fonctionne ainsi : d’un seul fait, l’on fait loi …
    En tout cas, une belle narration 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

  2. Bretonne de la côte de granit rose, je ne connaissais pas cette grande aventure. Dommage car je serais venue lui rendre une petite visite 😊
    Pour les touristes, ils vont bientôt envahir Dinard, sa plage, son casino…..se risqueront ils dans le Finistère ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s