Ménagerie

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

En règle générale, dans mon petit bout de Bretagne, la faune ne présente aucune surprise. Un nombre considérable de piafs que je suis incapable de distinguer les uns des autres, des vaches, des chevals, des chiens, des chats, des couleuvres, des petits machins désagréables, bon vous avez compris, rien que du tout venant.

Toutefois, récemment, j’ai observé deux espèces sortant un peu de l’ordinaire.

Tout d’abord, l’autre matin, j’ai vu une jeune femme (arrêtez de hurler, lisez la suite !) qui menait ses deux chèvres en balade sur la plage. Scène cocasse. D’autant qu’elle tenait un chien en laisse (directive préfectorale respectée, très bien) et que les deux biquettes gambadaient où bon leur semblait (le préfet n’a pas prévu les chèvres dans son arrêté). Elles sautaient de rocher en rocher avec une aisance déconcertante. Elles me faisaient penser à leurs consœurs marocaines qui grimpent dans les arganiers.

Ok, je reconnais que si je ne vois pas des chèvres tous les jours, il n’y a tout de même pas de quoi casser trois pattes à un canard boiteux.

En revanche, la présence de You est plus étonnante. C’est moi qui l’ai baptisé You. Cela fait trois ou quatre ans qu’il a posé ses valises en éponge dans les eaux peu profondes, en face de chez moi. C’est un vieux spécimen, le poil blanchi sous le harnais, cependant, les pêcheurs du coin le maudissent car son appétit vorace a tendance à faire fuir les poissons qui désirent faire de vieilles écailles. Vous l’avez compris, il s’agit d’un phoque (You…).

Le phoque est un animal curieux, de tout. Dès que le soleil daigne darder un de ses rayons, You s’installe sur son rocher favori, ni trop près, ni trop loin de la plage et des (rares) baigneurs, et, de son regard nonchalant, il observe ces étranges créatures bruyantes qui nagent comme des coquilles Saint-Jacques souffreteuses. Il ne craint pas grand-chose, Pépère, malgré son âge, il est vif comme un gardon. Il faut bien cela pour survivre dans les eaux embouteillées et passablement polluées de la Manche. Il l’a bien méritée, sa retraite. Bars à volonté, température clémente, quelques voyages en eaux froides, la belle vie.

Je me plais à imaginer une rencontre au sommet entre les chèvres et le phoque. Je vous tiens au courant (marin bien entendu).

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

4 commentaires sur “Ménagerie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s