Le vieux qui voulait sauver le monde – Jonas Jonasson

Le vieux qui voulait sauver le monde – Jonas Jonasson – Pocket (Presses de la cité)

Il est très rare, et par conséquent très précieux, qu’un roman me fasse rire. Malheureusement, ce ne fut pas le cas avec celui-ci. Pourtant, c’est d’un cœur léger et confiant que j’abordais les nouvelles aventures du centenaire Allan Karlsson, ayant fait sa connaissance dans le rocambolesque,  » Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire « .

Jonas Jonasson, comme de (trop) nombreux romanciers, a cédé aux sirènes de son banquier en donnant une suite à un succès planétaire. Il aurait pu s’abstenir, même si, je le reconnais, ce livre a le mérite de faire sourire, ce qui n’est pas si mal dans la morosité ambiante. Là où Jonasson excellait dans le premier opus, cette fois le lecteur que je suis s’est senti légèrement escroqué car le principe du récit est trop attendu et trop abracadabrantesque, à la fois. Reste des passages savoureux, mais un peu trop rares.

Je vénère les écrivains, scénaristes, chansonniers capables de me faire rire. A mon corps défendant, il est difficile de faire fonctionner mes zygomatiques lorsque je suis plongé dans un bouquin ou face à mon écran de télévision. La dernière fois qu’un film m’a permis de vérifier que je ne passe pas l’aspirateur assez souvent car je me roulais sur mon tapis, remonte à un petit bail déjà. Il s’agissait de « Borat ». Voyez, cela ne date pas d’hier. J’ai davantage de difficultés encore, à me souvenir de lectures désopilantes. Romain Puertolas me fait bien sourire un peu, David Lodge jadis également, comme Gourio avant qu’il n’invente ses « Brèves de comptoir » et Geluck avant qu’il ne prenne un melon plus gros que la planète Mars.

Cher lectorat attentif, si, par un effet de votre bonté, vous m’aiguilliez vers des lectures distrayantes et plus, je vous en saurai gré éternellement (inutile de citer Duras ou Huysmans, merci).

Non, mais culturellement.

Jourd’hu

Publicité

15 commentaires sur “Le vieux qui voulait sauver le monde – Jonas Jonasson

  1. Depuis « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire », je n’ai pas souvenance d’une lecture qui m’ait fait vraiment rire. Par contre, me vient à l’esprit un roman noir (très noir) tout à fait original et surprenant, bien loin des sentiers battus, c’est « Anima ».

    ANIMA

    J’aime

      1. Et, si peut me permettre un modeste conseil, (et si vous avez quelques sous) il y a une chouette édition en « Livre de Poche », collection « La Pochothèque », Cervantès, éditions 2010, avec Don Quichotte et Nouvelles exemplaires.
        Particularité : notes en bas de page, ce qui facilite, pour la compréhension (enfin, pour moi) … 🙂

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s