L’oiseau-tempête – Susanna Jones

L’oiseau-tempête – Susanna Jones – Robert Laffont

J’ai failli laisser tomber ce roman au bout de douze lettres. Et, bien que ma PAL (quelqu’un peut m’expliquer ce que signifie ce sigle qu’utilisent tous les blogueurs littéraires svp ?) déborde de plus de deux cents romans, j’ai insisté. Finalement, ce n’était pas si mal. Et court.

L’auteur utilise une curieuse pratique littéraire qui consiste à utiliser deux narrateurs qui s’avèrent être la même personne. Très étonnant. Une fois « je », une fois « elle ». Bon, étonnant, mais pas top top.

L’histoire est assez banale et la résolution du « mystère » se devine à la fin du premier tiers d’icelle.

En revanche, l’omniprésence du Japon et de sa culture vue par une occidentale « intégrée » est très intéressante. Vous apprendrez, notamment, comment manger les nouilles et que les appartements tokyoïtes n’ont rien à envier aux cages à lapins. Si, c’est important.

J’ai remarqué que mes amis auto-proclamés blogueurs littéraires notent leurs lectures, je vais donc suivre le mouvement.

Ma note : 234,673 / 401,559

Je me suis également rendu compte que la citation était appréciée.

Citation :  » Le téléphone a sonné  » p. 113

Non, mais culturellement.

Jourd’hu

9 commentaires sur “L’oiseau-tempête – Susanna Jones

  1. Bon jour,
    Dans votre article, ce qui a retenu tout particulièrement mon attention : la note. En effet, si on extrapole (mot peu usité dans nos contrées) :
    234673 : réf amortisseur de suspension
    401559 : réf Soufflet de cardan
    Max-Louis

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s