Handicaps patronymiques

(l’avocat, l’attaché de presse, le responsable d’édition, le notaire, le garagiste, le boulanger, le dealer et la belle-mère de monsieur Jourd’hu, alias Gifnem29, déclinent toutes responsabilités liées au « name-dropping » que recèle cet article ; en vous remerciant)

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Je me demande ce que les parents ont dans la tête, de temps en temps, lorsqu’ils se rendent à la mairie pour déclarer la naissance du rejeton.

Dans une autre vie, j’ai eu à me farcir des listes de noms/prénoms, à n’en plus finir. Et, je suis tombé sur des pépites pathétiques ou rigolotes, selon le point de vue. Voici un petit florilège que je vous assure rigoureusement exact.

Monsieur et madame Chanteur prénomment leur fils Eddy. Mignon ou complètement con ?

Monsieur et madame Lecoq prénomment leur fils Alan. Vous l’avez ? Non ? Inversez.

Monsieur et madame Hamouche prénomment leur fille (?). Si vous trouvez, fou rire assuré. Pauvre gosse.

Monsieur et madame Lantier prénomment leur fils Etienne. Je ne crois pas qu’ils aient eu la référence.

Une année, j’avais, dans la même classe, Guillaume Durand et Thomas Hugues. Une autre fois, Amélie Poulain. A la décharge des parents, dans ces cas-là, ils ne pouvaient pas savoir.

Lorsque j’étais gamin, à côté de chez moi, il y avait une entreprise de crêpes industrielles nommée Lamer. L’aîné de la famille fut baptisé Denis… Je vous promets qu’il a vécu des moments compliqués lors de l’appel à l’école.

Dans le même genre, j’ai connu une madame Langlais qui était prof d’Allemand. Ballot. Un monsieur Tangente, prof de maths, là c’est bon. Une demoiselle Bonnichon qui enseignait la SVT, qui a souffert dans l’exercice de sa profession (et non, Néness, je n’ai pas eu l’honneur de vérifier…).

Je me souviens d’une émission (de Delarue je crois) qui avait traité, sérieusement, le problème du handicap patronymique. Je vous fais grâce de la litanie des noms improbables présents sur le plateau. Il y avait, cependant, un monsieur Meurtdesoif (juré ! même si j’ai un doute sur l’orthographe) qui raconta qu’un jour, lors d’un contrôle routier, il s’était rendu compte qu’il n’avait pas ses papiers sur lui. Imaginez la tête des fonctionnaires de gendarmerie en charge de l’éthylotest lorsqu’il déclina son identité…

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

13 commentaires sur “Handicaps patronymiques

  1. Dans ma classe d’apprentissage, nous avions un Olivier Lavigne. Nous n’avions jamais fait particulièrement attention, jusqu’au jour où nous eûmes une professoresse de français remplaçante qui fit l’appel le premier jour et qui s’exclama, à la lecture de son nom: c’est original, ça.

    Aimé par 1 personne

  2. L’idéal c’est de fonctionner comme en Chine. Les parents donnent aux enfants un prénom chinois, qui est utilisé dans l’intimité du foyer familial… et chaque individu a ensuite la possibilité de se choisir un autre prénom qu’il peut changer à sa guise.

    Ma copine Cherry a dernièrement décidé de s’appeler Diana. Ca me perturbe un peu mais c’est assez cool.

    Sinon des gens se choisissent des prénoms assez… originaux : Rainbow, Rolex, Kinky ou Lush. Why not hein?

    Mais le plus marrant c’est quand – dans la boîte d’un de mes amis – ils ont réengagé par erreur une personne qu’ils avaient licenciée qqes années plus tôt. Elle avait changé de prénom dans l’intervalle et ca a mis le bazar dans les archives !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s