Bal à deux

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je prends des photos.

Voilà quelques semaines, vous aviez plébiscité un article dans lequel je vous exposais mon travail sur l’image. Je reconnais que mon talent m’éblouis moi-même. Je me permets de vous signaler que « National Geographic » m’a contacté pour me proposer une somme indécente, que j’ai refusée. Outre l’argent, il s’agissait de m’envoler pour Tahiti, d’y passer quinze jours tous frais payé dans un cinq étoiles, et de prendre, accessoirement, quelques photos. Je déteste voyager.

Et puis, j’estime que mon lectorat adoré doit bénéficier de l’exclusivité de mes merveilles argentiques.

Cet après-midi, je me suis promené avec Billy, mon Labrador chocolat imaginaire qui ne crotte jamais, et je vous ai rapporté ces quelques clichés.

Photo n°1 : Billy et moi, juste avant de partir. On me reconnait aisément car je suis un peu moins poilu que le chien.

Photo n°2 : La route. Vous pouvez noter la qualité du macadam breton et la propreté des bas-côtés. En vérité, j’ai appuyé sur le déclencheur (oui, je me sers d’un Nikon vintage et non pas d’un téléphone) par mégarde.

Photo n°3 : Trois vieux papis tout vermoulus / Sur un très vieux banc tout moussu / Parlaient de la pluie et du temps. Profitez-en pour (re)découvrir les superbes chansons de Richard Gotainer. Un artiste vraiment trop négligé.

Photo n°4 : Alors les filles ? Il est beau non ? Regardez-moi ce corps sculpté par la pratique régulière de l’haltérophilie ! Ce hâle digne de Rudolph Valentino ! Ce regard de braise que Marlon m’enviait ! Bon, en effet, on voit surtout une barrière toute pourrie. Ce con de Billy a encore bougé au moment d’appuyer sur le bitoniau.

Photo n°5 : Mon yacht. Payé grâce aux royalties de mon excellent roman, Dossiers froids, toujours disponible.

Photo n°6 : Mon sandwich et ma bouteille d’eau en clair-obscur artistique. Nouveau déclenchement aléatoire au fond de mon sac.

Photo n°7 : Lulu le crabe, mon pote. Reconnaissable à sa démarche (je sais que c’est une photo, ne chipotez pas), sa mèche blonde et sa pipe vissé à la bouche/au bec/à la gueule/au museau (rayez les mentions inutiles). Il vous embrasse (oui, j’aurais pu dire « il vous sert la pince » mais je refuse de verser dans la facilité).

Photo n°8 : Billy rencontre Rex, un horrible chihuahua. On aperçoit mal Rex, mais si vous êtes observateurs, vous remarquerez une partie du sang du chihuahua, sur les babines de Billy.

Photo n°9 : Vanessa, l’amour de ma vie, pendant presque vingt secondes. Son goût pour le dépouillement vestimentaire, la chirurgie esthétique mammaire et l’élégance gestuelle qu’elle illustre parfaitement en tendant vers moi son majeur pour me dire combien elle est déçue de me voir partir, tant notre rencontre fut intense.

Photo n°10 : Jean-Claude et son taxi. Bon, ce n’est pas très glorieux, mais je me suis perdu. Comme je suis un rebelle du numérique, je ne me balade pas avec un téléphone dans la poche. Il a fallu que je croise Marie-Jo, 87 ans aux prunes, pour lui emprunter le sien. Après qu’elle m’a cassé trois dents, car elle pensait que je l’agressais, elle m’a permis d’appeler le fils de son beau-frère qui fait le taxi, en loucedé, pour arrondir ses fins de mois.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

12 commentaires sur “Bal à deux

  1. Quel artiste ! J’aime bien la n°6 même si elle est plus obscure que claire. La n°9 n’est pas mal non plus, tu as bien su capter toute la détresse de Vanessa dans son regard et son geste désespéré… J’en ai les larmes aux yeux !

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour, alors là je suis scotchée et admirative et MDR à la lecture de votre texte, quelle idée géniale des photos sans images mais tellement bien décrites que l’on s’y croit sans difficulté, et la Vieille Dame qui se défend , vraiment hilarant, merci, je viens de passer un bon moment qui m’a fait oublier et mes maux et le temps grisâtre pas digne d’un mois de juin. Bon dimanche Amicalement MTH

    J’aime

  3. Les photos, elles sont noir et blanc? Ou en couleur contrastée, avec un peu de saturation ?
    Voilà que je parle technique, alors que l’émotion, l’émotion d’abord, hein. Et là elle elle y est, surtout le crabe et les papys vermoulus.
    Manquerait plus qu’ils fassent valoir le droit à l’image.

    J’aime

  4. Salut l’artiste ! Peux-tu m’envoyer un lien direct pour voir les photos car elles ne s’affichent pas dans ton post (mauvaise manip’ ?) ? Labrador ? c’est pas un chien d’aveugle, ça ?…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s