Brest même

(article à lire en écoutant Miossec ou Nolwenn Leroy : « Tonnerre de Brest »)

Le sachiez-vous ?

Brest est une ville française située complètement à gauche, au bout de la presqu’île bretonne. Elle doit son nom au fait qu’elle est habitée par des Brestoises et des Brestois.

Historique

Brest est fondée par un ancêtre d’Astérix, plutôt copain avec les Romains, qui lui donne le nom de son chat, Gésocribate. L’histoire de cette ville est si riche que les livres n’en parlent pas, faute de place. Par exemple, commencé le 21 février 763 à 07H11, un embouteillage monstre bloquera la cité pendant un mois et demi, à cause d’une grève des ouvriers de l’Arsenal. L’année 1444, le port de Brest est envahi par des nuées de goélands carnivores qui déchiquètent mille vingt-trois personnes dont March’arit Phulup, 7 ans, qui serait devenue une grande poétesse sans ce sort funeste. En 1986, le Stade Brestois bat Marseille à domicile, deux buts à un, dont un formidable coup-franc de Roberto Cabañas à la 21è minute.

Architecture

Brest n’est pas la plus belle ville du monde. Toutefois, on a beaucoup exagéré sa laideur. Il faut rappeler que; jusqu’en 1944, Brest était une commune pittoresque, fort prisée par les tourismes allemands notamment. Puis, un artiste étasunien un peu dérangé proposa de raser la ville lors d’un « happening » de très mauvais goût, mais incroyablement réussi. En 1946, la mairie brestoise lança un grand concours pour redessiner les rues de la ville. Ce concours fut gagné par Erwan Le Postic, quatre ans et demi. Depuis, la rue de Siam est officiellement le plus grand courant d’air du monde, validé par le Guiness Book.

Tourisme

Brest est la 4 031 864 429è ville la plus touristique de la planète, juste derrière un village zimbabwéen de dix-huit habitants qui bénéficie de la présence de Clarence la plus vieille lionne d’Afrique australe dotée d’une patte de bois. A noter, que la cité bretonne a gagné trois places dans ce classement en 2020, grâce à « l’effet pandémie ». Les sites intéressants ne manquent pas. Je peux citer le « château de Brest », admirable construction érigée sous les ordres de Vauban et consolidée par Thot. Mais également le quartier Saint-Martin remarquable pour son alternance : un bistrot, un troquet, un PMU. Enfin, amateurs d’art, je vous conseille les piliers du pont de l’Harteloire qui s’ornent de magnifiques oeuvres de Paul Bloas (et ça c’est vrai).

J’ai beaucoup aimé Brest lors de mes études. C’était une ville vivante, gaie et très pratique car tout y était regroupé sur un périmètre raisonnable. Aujourd’hui, j’évite cette ville comme la peste. Voilà une dizaine d’années, des urbanistes l’ont défigurée une nouvelle fois en lui imposant un tramway qui creuse des sillons affreux dans les rues historiques. Le courant d’air est toujours là.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

2 commentaires sur “Brest même

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s