La fête à la grenouille

Le sachiez-vous ?

Les scientifiques sont formels. Dans quinze jours, seize au max, l’eau potable sera devenue la denrée la plus rare sur notre chère vieille Terre. Les laboratoire chimico-pharmacieutiques, lorsqu’ils ne bossent pas sur des vaccins, se penchent sur la question de la dépollution des eaux impropres à la consommation. Déjà les plus importants traders de Wall Street ont constaté une hausse considérable des achats de chlore. Toutefois, la chimie moderne creuse un autre sillon. Le chlore, ce n’est pas assez cher.

Très peu de pays pourront produire suffisamment d’eau potable pour assurer la subsistance de leur population. Dans le sud de la France, les gens s’exercent à boire le pastis sec. Au Zimbabwe, les lions ne se donnent plus rendez-vous, à l’aube, au point d’eau, en prévision d’un avenir compliqué. Ils se donnent rendez-vous au tas de sable, comme tout le monde. A Londres, les salons de thé, craignant la faillite, étudient une nouvelle recette à base d’urine de mineurs gallois. En Inde, les ablutions dans le Gange ne sont toujours pas interdites, dans la mesure où la présence d’eau dans le fleuve n’a pas été détectée depuis 1977. L’Afrique du Sud mise tout sur la désalinisation de l’océan. Sans succès pour l’instant. En effet, le résultat contient toujours, au minimum, 91% de particules de plastique.

Cependant, un pays fait de la résistance. Une région, plus exactement. Des irréductibles.

La bretagne est à l’origine de l’eau, comme je vous le contai naguère avec la vie de Loïc Boicussec. Le fait d’être la terre qui a inventé l’eau, cela confère des responsabilités. C’est pourquoi, le Breton agit. La Bretonne aussi.

Nous (oui, je suis breton, pour ceux qui en doutaient encore) expérimentons. Par exemple, actuellement, nous testons le mois de juillet tout pourri. Nous avons décidé d’accepter la pluie en période sèche. Quoiqu’en disent certaines mauvaises langues, juillet est, généralement, beau à l’ouest de Rennes. Au moins une fois tous les dix ans. Cette année, nous avons donné congé au soleil. Qu’il se concentre chez ceux qui ont l’inconscience de la chaleur et de la crème solaire.

L’eau tombe des nues sans prendre le temps d’une pause. Le sol peine à la digérer. Les nappes phréatiques n’en peuvent mais, à tel point qu’elles menacent de faire grève et évacuent le trop plein vers des lieux incertains. Les ruisseaux dégringolent le long des chemins caillouteux en abreuvant à la va-vite des plantes gorgées de vie.

Bientôt, la Bretagne sera le nouvel Eldorado, seulement, il sera encore plus difficile d’obtenir un passeport breton que pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille (sachant qu’il suffit de lyophiliser le chameau et ça devient un jeu d’enfant, et de patience).

En attendant, je vais installer un récupérateur d’eau de pluie dans mon jardin. J’ai vu un supertanker en exclusivité sur e-bay.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

7 commentaires sur “La fête à la grenouille

  1. Bonjour, un billet plein d’humour pour un problème qui se posera, très agréable à lire, je retiendrais la recette du thé à base d’urine, pourquoi pas après tout, il me semble que dans le désert ou ailleurs pour survivre les naufragés buvaient leur urine ! bonne journée Amitiés MTH

    Aimé par 1 personne

  2. 🤣 je suis Bretonne aussi. Mais je vis maintenant en Ardèche où la concurrence s’installe. La production d’eau potable dans nos montagnes est à son summum.
    Oui nous avons de l’herbe verte et nous aurons même du foin au cas où… Les rivières nous offrent un agréable couli-couli et comme nous n’avons pas de nitrate, l’eau est potable sans aucun filtre 😁. Cependant, le secteur n’accueille pas les touristes et même le chameau déshydraté ne passera pas.
    M’enfin.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s