Pluie d’étoiles

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me la pète.

Je ne suis pas une midinette, mais dans ma longue vie, il m’est arrivé, à de nombreuses reprises de croiser des célébrités, plus ou moins illustres, et je m’en vais vous conter ces rencontres.

Je ne reviendrai pas sur le jour où ma route et celle de Jacques Chirac se sont télescopées, je vous l’ai déjà exposé ici-même. Je rappelle juste que, quelques années plus tard, il devint président de la république. J’écris cela, je n’écris rien.

A une époque, fort lointaine, je montais souvent à la capitale pour visiter les merveilles du patrimoine français, les bistrots du quartier de la Bastille. Un jour, sur un trottoir de la rue de la Roquette, j’ai frôlé Tchéky Karyo. Il est plus petit que moi. J’ai aussi aperçu Danièle Gilbert à la Fnac, elle avait dû s’égarer. A la gare Montparnasse, alors que je quittais mes lieux de débauche, je notais la présence d’un SDF qui jouait de la guitare. Etrangement, il jouait bien. C’était Nilda Fernandez qui attendait son train, comme tout le monde.

Par ailleurs, je peux vous affirmer que Jocelyn Gourvennec mange du pain, car je l’ai rencontré à la boulangerie, à Saint-Brieuc.

Je connais parfaitement Julien Lepers, étant donné que j’ai participé à QPUC (émission lors de laquelle j’ai été honteusement volé, cf l’article « QPUC »).

J’ai serré la main d’Elno (le chanteur des « Négresses vertes ») et il est mort quatre mois plus tard, sans qu’il y ait un lien de cause à effet. J’ai senti l’haleine de Shane MacGowan en me trouvant, approximativement, à sept mètres de lui. Et j’ai uriné à côté de Vivien Savage qui a survécu, mais pas sa carrière (je n’ai aucun détail supplémentaire quant à son anatomie).

Tout cela est rigoureusement exact (oui, ma vie est palpitante), mais j’ai une vraie jolie histoire. Au milieu des années 70, j’avais une dizaine d’années et je m’intéressais déjà beaucoup au cinéma, sans jamais voir un film (cf un article précédent). Un été, à Plouescat (et non pas Ploutrécat, seuls les vrais sachent), devant la maison de la presse, une longue décapotable blanche avec chauffeur est garée en double file. Le chauffeur est allé acheter les journaux et, une jeune femme, stoïque, se prélasse sur la banquette arrière, alors que les autochtones tournent autour du véhicule, curieux de savoir qui est la personne qui peut s’offrir et l’automobile et le chauffeur. Je ne dirai rien à personne, mais je pense être le seul à avoir reconnu Anouk Aimée. Magnifique avec chapeau et foulard blancs. Plus de quarante ans après, je m’en souviens encore, avec une certaine émotion…

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

16 commentaires sur “Pluie d’étoiles

  1. Pff! Il va falloir que j’aille sur mon moteur de recherche préféré pour savoir qui sont Tchéky Karyo et Jocelyn Gourvennec. Ou peut-être pas. Ça en vaut la peine?
    Par contre, je connais Danièle Gilbert (pas personnellement), c’est celle qui a présenté un nouveau chanteur aveugle dont c’était la première tévé. Il chantait The Fool, c’était Gilbert Montagné (pour rester dans les Gilberts). Je m’en souviens encore. et j’ai demandé à Nilda Fernandez un autographe pour ma sœur. Je n’ai vu son concert que de dos, vu que j’étais placé derrière la scène (je travaillais pour l’office du tourisme, à l’époque). Ben oui, moi aussi, j’ai une vie palpitante.

    Aimé par 1 personne

    1. Gourvennec je comprends, c’est un ancien footballeur breton, mais Karyo, tout de même, un acteur, il jouait dans l’Ours, enfin pas dans l’ours, dans le film l’Ours, et dans il jouait dans Nikita aussi, enfin pas dans Nikita, dans le film Nikita. Oh et puis zut, débrouillez-vous.

      J’aime

      1. Oui, j’ai vu Nikita il y a quelques jours. Mais en fait, je ne regarde jamais qui joue dans tel ou tel film, ce qui m’intéresse, c’est le film, pas les acteurs. dont, pour la plupart, je me fiche comme de l’an 40. Donc, je n’en connais pratiquement aucun, car je ne cherche même pas à retenir leur nom. Et encore moins à ce qu’ils font dans leur vie de tous les jours, considérant comme le summum de la stupidité le fait de vivre la vie des autres, alors que l’on a déjà du mal à vivre la sienne propre (il n’y a pas un pléonasme dans ces deux mots?).
        Pour le footballeur, ma profonde aversion pour cette engeance m’empêche d’avoir accès à cette (sous-) culture.

        Aimé par 1 personne

  2. Gourvennec entraîne Lille…va falloir assurer. J’peux m’la péter moi aussi, m’sieur Jourd’hu? Et bien moi j’ai eu Olivier Giroud dans ma classe en Cm1, comme élève (très bon d’ailleurs). Il est même devant moi sur la photo de classe. J’dis ça parce qu’il a réussi mais il aurait pu aussi rater et ce commentaire n’aurait aucun sens. Qui c’est Giroud qu’y vont dire….?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s