Brexcite

Le sachiez-vous ?

L’Angleterre a été créée deux jours avant la préhistoire, ce qui explique la dentition aléatoire des autochtones. Très vite, l’Angleterre décide de devenir un île. Des recherches récentes ont démontré que les Cro-Anglais ont entamé les travaux de séparation du continent dès qu’ils ont inventé la pelle. Toutefois, certaines tribus séditieuses refusèrent de contribuer à l’effort national et entrèrent en résistance contre le peuple dominant. Les Ecossais se retirèrent au nord car ils aimaient les lacs et le haggis. les Gallois se replièrent vers l’ouest. Une partie d’entre eux choisit de s’arrêter dans un bassin minier alors que leurs compagnons traversaient la mer, vers une terre dont parlaient les anciens, un Eldorado où il suffit de se baisser pour trouver des pépites d’or. Comme ce pays s’appelait l’Irlande, ils optèrent pour la dénomination d’Irlandais, dans un unisson parfait, et juste après ils commencèrent à se taper dessus.

Bien plus tard, les Romains, en envahisseurs professionnels, tentèrent d’occuper la « Grande Île », mais ils renoncèrent rapidement à s’installer car le chapeau melon ne leur allait pas. Pour laisser des ruines sur leur passage, ils construisirent un mur et rentrèrent dans leurs pénates.

Depuis, l’Angleterre, devenue Royaume-Uni, bien que largement désuni, n’a plus jamais été envahie. Les indigènes en ont développé un complexe de supériorité qui se traduit par une volonté de s’affranchir de toutes dépendances extérieures. Ayant développé une dépendance au thé, les Anglais durent, à contrecœur, s’imposer en Inde et dans deux ou trois autres contrées, car les théiers refusaient obstinément de prendre racine dans un pays qui avait élevé le fog au rang de pair du royaume.

Leur réussite fut totale. Les Anglais parvinrent à s’autosuffire intégralement. Certes certaines industries balbutièrent et ils connurent des difficultés d’exportation. Par exemple, Vauxhall ne parvint jamais à conquérir le marché français. Le volant situé à droite dans l’habitacle contribua largement, semble-t-il, à l’échec commercial du véhicule sur le vieux continent, et aussi parce que ce sont des voitures toutes pourries. Autre exemple de four, les chips au vinaigre. Il faut bien reconnaître qu’il faut posséder une bouche complètement dépourvue de capteurs gustatifs pour apprécier ce fleuron de la gastronomie britannique.

Un jour, les Anglais décidèrent qu’ils s’ennuyaient un peu dans leur grand solitude, alors ils intégrèrent l’Europe. Seulement, ils voulurent se démarquer des autres pays en gardant leur monnaie, leur fish and chips et leur arrogance. Ils se lassèrent assez vite de leurs petits camarades et retournèrent se calfeutrer sur leur île.

Depuis, les Angliches font bande à part.

Not, but seriously.

Gifnem29

5 commentaires sur “Brexcite

  1. Un article qui va sans doute relever les tartans écossais d’Edimbourg et Glasgow sous le vent des cornemuses indépendantistes ! A noter que les moutons des Shetland envisagent de boycotter l’haleine de Boris Johnson depuis qu’il pinte sous les caméras pour se faire de la pub !
    God save the Queen !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s