La nuit étoilée

Le sachiez-vous ?

Tous les ans, au mois d’août, le firmament s’offre à l’exploration visuelle des misérables vers de terre que nous sommes. Certes, je reconnais que 2021 n’est pas l’année idéale pour passer toute une nuit la tête en l’air à observer des astres qui, pour certains, sont éteints depuis le mésozoïque (je ne sais pas vous, mais me concernant, mon cerveau n’a pas été programmé pour assimiler cette information). En effet, nous, misérables terriens avons souffert. Est-il nécessaire de vous rappeler les plaies qui se sont abattues sur la France ? (je m’en tiens à notre beau pays car je veux me coucher avant le 67è millénaire)

Nous avons perdu Jean-Pierre Bacri, nous avons perdu en 8è de finale du championnat d’Europe de football contre les Suisses (les Suisses, des spécialistes du hockey et des malversations financières !), nous avons perdu l’occasion de nous taire (comme tous les ans en réalité), nous avons perdu notre dignité (enfin, certains d’entre nous, ceux dont le physique s’accorde mal avec le masque porté sous le nez), nous avons perdu à l’Eurovision (bon 2è ce n’est pas si mal).

Alors les étoiles….

Pourtant, j’adore regarder les étoiles. Je ne sais reconnaître que la Grande Ourse et Cassiopée, mais c’est suffisant pour pécho. C’était, plus exactement, au 20è siècle.

L’immensité me fascine. J’adore les théories farfelues que l’on entend de ci de là. Par exemple, les spécialistes abordent souvent les limites de l’univers. Les limites ? Alors, je ne suis pas scientifique pour un sou, toutefois je ne parviens pas à imaginer un univers limité (remarquez je n’imagine pas non plus un univers sans limites). Qu’y a-t-il derrière ces limites ? Le néant, répond Jean-Claude astrophysicien. Mais qu’est le néant, Jean-Claude ? Le néant, c’est le rien. Mais rien, Jean-Claude, n’est-ce pas quelque chose ? Euh, Machin, t’as rien d’autre à foutre que d’ennuyer un scientifique sérieux, dont la fonction est d’observer le ciel pendant les heures de bureau pour en déduire des trucs compliqués qui ne servent à rien mais qui coûtent un fric fou ?

Vous comme moi sommes nés trop tôt. Ou trop tard. Nous étions trop jeunes lorsque Eratosthène a démontré que la Terre est ronde, nous serons nettement morts quand les êtres humains coloniseront une autre planète pour y installer la pollution et la bêtise.

Il nous reste l’observation de la voûte céleste (et Babar bien sûr) qui n’a de voûte que le nom puisque les limites de l’univers… Oh et puis zut, je sors admirer Bételgeuse.

Barrez-vous cons de nuages !

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s