Diagnostic

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Bien que la nature m’ait doté d’une anatomie avantageuse, il m’arrive de devoir consulter un praticien pour arranger quelques menus désagréments.

Je dispose d’une vue assez déplorable depuis mes douze ans. Une des rares attentions de mon géniteur. Par conséquent, comme tous les miros de France, lorsque j’ai déménagé, j’ai grave galéré pour trouver un ophtalmo qui me propose un rendez-vous avant l’apocalypse. Mais, miracle, j’ai dégoté une magicienne qui, venant d’ouvrir son cabinet, acceptait tout le monde pendant trois mois. J’ai appelé pile au bon moment. Cette femme très professionnelle est roumaine.

Mon dentiste est polonais.

Ma diabétologue est ukrainienne.

Mon radiologue est laotien, son assistant est burundais.

La mondialisation de la médecine. En France.

Sincèrement, je me fiche de la nationalité de ces personnes. Ce que je leur demande, c’est de prendre soin de mon petit corps douillet. Et elles le font bien.

Toutefois, je m’interroge sur la possibilité de trouver des médecins français en Ukraine ou au Laos.

J’ai remarqué un petit truc un peu particulier. Il est évident que notre pays traverse une grave crise liée au manque de vocations dans le domaine médical (ne me parlez pas de numerus clausus, je n’y comprends rien), pourtant, visiblement, il suffit d’allumer le poste sur la15 ou la 16, pour se rendre compte que les infectiologues, les virologues et les réanimateurs pullulent. En gros, il vaut mieux souffrir du chikungunya que d’une carie.

« Les jeunes ne veulent plus faire de longues études »

« Les jeunes veulent gagner leur vie tout de suite »

Je n’ai jamais imaginé devenir médecin, pourtant j’ai eu 16/20 en maths au Bac et j’ai déjà jouer à Docteur Maboul. Je pense vraiment que médecin est un boulot très difficile.

Imaginez-vous que la médecine, dite moderne, n’est pas encore centenaire ? Généralement, on considère que c’est l’invention de la pénicilline, en1928, qui marque l’entrée de l’humanité dans l’ère des soins efficaces. Enfin, grâce à monsieur Fleming, on ne meurt plus d’une angine.

J’aimerais voyager dans le futur pour observer les progrès de la science médicale. Mais aussi, pour voir la tête des historiens de la médecine discutant à la cafet’.

Jean-Claude X2Z67 : « Tu te rends compte qu’ils soignaient les cancers en injectant du cobalt aux malades ! »

Pierre-Steven C6W219 : « Ils avaient un souci avec les métaux dangereux vu qu’ils utilisaient des thermomètres au mercure. Dans la bouche parfois ! »

Marie-Kimberley Y3Q667 : « Sans compter les rayons X utilisés à tort et à travers ! »

Voilà quelques années, j’ai été soigné pour un petit cancer de rien du tout. Dans le protocole, je devais subir et PetScan. Le manipulateur m’a présenté une énorme seringue dans une sorte de coffret étanche. Il a tenté de me rassurer car je commençais à flipper en voyant la taille de l’aiguille et la couleur fluo du produit. Il avait presque réussi à me calmer lorsqu’il est réapparu vêtu comme un astronaute et dissimulé derrière un bouclier de plomb (juré). L’opération fut indolore et je l’oubliais assez vite. Sauf que six mois plus tard, il m’est arrivé un truc digne d’un mauvais film de série B. J’ai régurgité le produit. Oui oui, j’ai vomi la substance vert fluo que l’on m’avait injectée dans les veines, qui a donc voyagé, pépouze, pendant six mois, dans mon organisme. Personne ne m’avait prévenu de ce retour inattendu.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

4 commentaires sur “Diagnostic

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s