? – Edouard Brasey

? – Edouard Brasey – J’ai lu (Pygmalion/Flammarion)

Pourquoi ce ? vous dites-vous cher lectorat perspicace ? Tout simplement, parce que je n’ai pas compris quel est le titre de ce bouquin. En revanche, le nom de l’auteur est « dévoilé » en 4è de couverture. « Dévoilé » car « J’ai lu » donne l’impression de révéler le secret le mieux gardé de l’histoire de la littérature.

Peu importe d’ailleurs car le titre de ce roman aurait dû être : « Le club des cinq et le vieux vilain nazi ». Et encore, je suis injuste avec Enid Blyton.

C’est nul.

Je suis assez adepte des lectures à l’ésotérisme romanesque (bien que je crois en avoir fait le tour), mais cette fois, c’est de l’ésotérisme pour les 10/12 ans. La couverture est extrêmement trompeuse, j’ai eu l’impression de lire une version expurgée pour collégien attardé, les invraisemblances sont légion, les passages « savants » ne m’ont pas convaincu, les personnages sont caricaturaux (une sorte de mix entre Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander d’une part, et Tom Tom et Nana d’autre part). Un gros point positif cependant, la lecture ne m’a pris que deux heures.

Mais le pire, ce sont les méchants. Un centenaire nazi complètement fêlé qui (attention spoil), à la fin, devient un centenaire nazi complètement fêlé mais repentant, et son âme damnée, un jeune nazi qui zigouille pour le plaisir et qui, ne se repent pas mais qui meurt tout de même.

Il m’a semblé retrouver les grandes heures de la collection « J’ai lu », lorsqu’ils publiaient n’importe quoi.

Passez votre chemin.

Non, mais culturellement.

Jourd’hu

Publicité

12 commentaires sur “? – Edouard Brasey

  1. Chaque fois que je regarde la couverture du livre que tu nous conseilles de ne pas acheter, chaque fois disais-je, je me demande à quel moment la channe d’étain va choir… (le suspens est toujours là où on ne l’attend pas !) 😉

    J’aime

    1. Merci Mr P. En effet je me demande quand ce pichet d’étain mal situé sur la fameuse armoire bretonne, va choir. Il suffit d’un tremblement de terre, d’un ouragan, voir d’un courant d’air, pour que l’objet soit déstabilisé de l’angle où il est posé et aille se crasher sur notre hôte… qui ignorait jusqu’à cet instant où tout s’éclaire pour lui, qu’il vivait dangereusement au fond du… Finistère ? 😉

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s