René Barjavel

(comme je suis englué dans un roman de 1000 pages que je chroniquerai dans six mois, j’en profite pour continuer, après DVC, de partager avec vous mes auteurs favoris)

Il me semble que René Barjavel est un des auteurs les plus sous-estimés de la littérature française. Je ne comprends vraiment pas pourquoi, sauf s’il a vendu du beurre aux Allemands, mais je ne crois pas. Au moins, les Lagarde & Michard ne lui font pas l’offense de le caviarder dans leurs immondes opuscules.

Son œuvre est remarquable. Elle présente un double intérêt assez rare, la qualité et l’abordabilité (et j’invente le mot « abordabilité » si je veux). Ses romans sont autant indiqués pour des vieux chevronnés de la lecture que pour des débutants motivés. Oui, motivés. Ce n’est pas Fantômette non plus.

Bien qu’il se soit pas mal diversifié, Barjavel excelle dans l’anticipation. « Ravage », « Le Voyageur imprudent » et « La Nuit des temps » sont des chefs d’œuvre que tout un chacun devrait avoir lu sous peine d’amende. Petite anecdote spoilative (ok, « spoilative » est aussi inventée et est moche), deux de ces trois romans sont liés de manière subtile et délicieuse pour les lecteurs avides d’énigmes.

Tous les romans de monsieur Barjavel ne sont pas parfaits. Je vous concède que « Les Chemins de Katmandou » ne flirtent pas avec le nectar, que « Une Rose au paradis » est assez loin de l’ambroisie. Toutefois, si vous avez du temps, n’hésitez pas à explorer les titres un peu moins connus. Dans « L’Enchanteur » vous découvrirez sa version un peu déjantée de la légende arthurienne qui n’a rien à envier à Kaamelott, dont je suis, par ailleurs, extrêmement friand. Et surtout, vous tomberez sur une pépite. « Le Grand secret » est un roman absolument formidable. Barjavel mélange uchronie, science, histoire, suspense et même « eau de rose » pour livrer son meilleur roman. Comme je le dis parfois, je ne relis jamais, or, « Le Grand secret », j’ai dû le lire voilà une trentaine d’années, donc mon avis pourrait avoir évolué. J’en serais chagrin.

Je ne relis jamais. Pourtant, lorsque je serai trop vieux pour m’occuper de mon jardin, j’explorerai ma bibliothèque et je relirai tout Barjavel. Si vous tenez jusque là, je vous en reparle.

Non, mais culturellement.

Jourd’hu

20 commentaires sur “René Barjavel

  1. Mon conjoint m’a souvent parlé de cet auteur. J’ai les 3 romans : ravage, la nuit des temps et le voyageur imprudent. Je suis pas une lectrice de science-fiction d’habitude mais il m’a convaincu qu’il faut que je les lise. Il faut juste que je saute le pas ! Ton article m’a bien fait rire en tout cas ! 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Chic, pas d’amende pour moi 🙂
    Quand j’étais (plus) jeune j’étais fan. Je me souviens particulièrement du « Grand Secret « .
    Je ne sais pas si j’oserais relire ses romans de crainte de ne pas y retrouver la même fascination.

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais adoré la nuit des temps, j’ai bien envie , après lecture de ce post, de lire celui sur la légende Arthurienne! Pour ma part je lis et relis les livres que j’ai adoré. Sans limite!
    Parfois je me dis que c’est une erreur avec tous les livres à lire , les auteurs à découvrir, mais certains livre sont comme des lieux où j’ai besoin de retourner régulièrement.
    Belle journée !

    Aimé par 1 personne

  4. Je déteste « Ravage », voici pourquoi. En 1943, Barjavel fait dire ces mots à son héros François Deschamps, sans aucune ironie : « Une des premières mesures qu’il leur fit adopter fut la destruction des livres. Il a organisé des équipes de recherches qui fouillent les ruines tout au long de l’année. Les livres trouvés pendant les douze mois sont brûlés solennellement au soir du premier jour du printemps, sur les places des villages. A la lueur des flammes, les chefs de villages expliquent aux jeunes gens rassemblés qu’ils brûlent là l’esprit même du mal. Pour faciliter l’enseignement de l’écriture, François a fait conserver quelques livres de poésie : « Ce sont, a-t-il dit, des livres qui ne furent dangereux qu’à leurs auteurs ». L’art de l’écriture est réservé à la classe privilégiée des chefs de village. L’écriture permet la spéculation de pensée, le développement des raisonnements, l’envol des théories, la multiplication des erreurs. François tient à ce que son peuple reste attaché aux solides réalités. Pour évaluer ses récoltes, et compter ses enfants et ses bêtes, le paysan n’a pas besoin d’aligner des chiffres par tranches de trois. »
    Voilà, ça me fait plutôt vomir (et je vous épargne le passage sur le rôle des femmes). Ça me scandalise aussi parce que depuis des décennies les profs de français font découvrir la SF à leurs élèves via ce roman. Comme si on n’avait rien écrit d’autre depuis 1943…

    Aimé par 1 personne

    1. Le voilà rhabillé pour l’automne pépère Barjavel. N’ayant pas lu ses romans depuis très longtemps, et notamment « Ravage », j’aurais du mal à argumenter? Cependant, le monde décrit dans « Ravage » est loin du monde idéal (je pense même qu’il peut être lu comme un pamphlet contre le nazisme)? Par ailleurs, le dénigrement de la littérature ne peut être pris au premier degré.
      Bonne soirée

      Aimé par 1 personne

  5. Comme les contradicteurs peuvent être apparemment bien pensants, histoire de nous faire ravaler nos engouements, nous faire leçon d’un faux fourvoiement ! Tous les auteurs écrivent une bêtises un jour ou l’autre ! Leur oeuvre entier est à considérer au regard de notre vanité personnelle et de notre ouvrage personnel limité ! Quant à préférer les livres contemporains aux anciens, c’est nier l’importance de la culture au nom d’un modernisme réducteur! Bref… Moi aussi j’aime l’oeuvre de Barjavel!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s