Faune endémique

« Ah, mes pauvres enfants ! … Vous voulez vraiment que je vous raconte cette histoire ?

C’était il y a bien longtemps vous savez… Il y a prescription depuis longtemps… Votre grand-père était jeune et plein de vie. Ce n’est plus le cas maintenant.

A l’époque, donc, j’étais un jeune mâle assez solitaire. Mes parents étaient morts dans la fleur de l’âge. Tout le monde me disait que j’étais le portrait craché de mon père. Peut-être, je ne sais pas, je l’ai très peu connu. Il était dominant parait-il, mais il ne traitait pas bien ma mère. Des aventures, vous savez… Bref, tout cela a eu lieu à une autre époque, plus sauvage, plus libre aussi, avant les événements. C’est pour cela que j’hésitais à me trouver une compagne, de crainte de reproduire les mêmes erreurs. Alors, je menais ma petite vie, tranquillement, sans faire de vague.

Et puis, il y avait ces rendez-vous réguliers avec les gars de mon espèce. Le « Point d’eau », qu’on l’appelait. J’y allais tous les soirs, sans exception, pour y retrouver les copains. Nous trainions là une bonne partie de la nuit. Notre grand jeu était d’effrayer les autres, surtout les gamins qui auraient dû être chez eux à cette heure-là. Des petites frappes de tous horizons, abandonnés par des parents absents ou démissionnaires, comme moi quelques temps plus tôt, au fond… Et puis, il y avait les filles. Toutes belles, aguichantes, tentantes… C’est difficile à croire en me voyant aujourd’hui, mais j’étais séduisant alors. J’avais un corps de rêve avec mes muscles qui roulaient sous ma peau, mes moustaches vibrantes, mes yeux perçants… Et ma queue… Ah ma queue ! Luisante, longue, frétillante, toujours au garde-à-vous… Toutes les filles en étaient folles ! Un beau piège en réalité. Elles voulaient la voir de près, la toucher même pour les plus intrépides. C’était un jeu d’enfant de les attirer à l’écart en leur promettant tout ce qu’elles voulaient. J’en ai tué beaucoup, seul ou en compagnie des autres. Je n’ai jamais éprouvé du plaisir à faire cela, mais vous le savez bien, c’est ma nature. D’une certaine façon, j’étais admiré pour ces crimes, et craint, très craint.

Un soir, comme d’habitude, je me suis pointé au « Point d’eau ». Il n’y avait personne. C’était incroyable. Je n’en revenais pas, ce n’était jamais arrivé. J’ai décidé d’attendre, je n’avais rien d’autre à faire. Soudain, des bruits étranges me sont parvenus. Je n’avais jamais rien entendu de tel. C’était très faible, mais mon ouïe était encore parfaite. Des sons étouffés mais assez audibles pour que je comprenne que les émetteurs faisaient en sorte de passer inaperçus. Je n’avais pas peur. J’étais le cador des lieux, personne ne me cherchait jamais d’ennuis. C’était plutôt le contraire.

Je me suis approché, en catimini, naturellement. Il faisait très sombre. L’odeur m’était inconnue. J’ai commencé à me sentir mal à l’aise. Je me suis figé. Tout à coup, des créatures inconnues se sont dressées devant moi. Elles produisaient des sons très aigus. C’était insupportable, j’étais tétanisé. Quand j’ai repris mes esprits, j’ai décidé de fuir. D’un bond, je me suis éloigné des intrus. Au moment où j’étais en l’air, une lumière aveuglante m’a entouré en même temps qu’une douleur fulgurante me perçait la fesse. Je suis mal retombé et j’ai perdu connaissance.

Lorsque je me suis réveillé, j’étais ici, derrière ces barreaux. Votre grand-mère était déjà là. Nous nous sommes plus tout de suite. Votre mère est née, puis vous deux. Nous n’avons plus jamais quitté cet endroit. Voilà, mais vous connaissiez déjà cette histoire…

Et maintenant, vous me dites que ma silhouette de jeune fauve orne les vêtements de beaucoup de ces animaux qui viennent nous observer ! Ben merde alors… »

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

5 commentaires sur “Faune endémique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s