Un flux en sueur

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

(cher monsieur P., étant donné que ce billet va traiter de télévision, je vous propose d’emmener madame dîner en ville afin de resserrer des liens qui ont tendance à flotter un peu ; c’est votre moitié qui s’est épanchée sur mon épaule ; mais cela ne nous regarde pas ; en vous remerciant)

Je l’avoue, et je me flagelle avec un fouet dont j’ai enduit la lanière de glu avant de la tremper dans du verre pilé lorsque j’y pense, aujourd’hui ayant atteint l’âge de (dé)raison et la sagesse d’une troupe de collégiennes en goguette, j’ai connu des périodes compliquées dans ma vie. Z’avez-vu ? Si c’est pas de l’aveu ça !

Lors de ces périodes délicates, il m’est arrivé d’allumer la télévision n’importe quand, sans que ce soit l’heure de « Des chiffre et des lettres » ou de la « Météo des plages ». C’est ainsi que, jadis, il m’est arrivé de regarder des programmes de téléréalité. Le saisons 1. Faut pas déconner non plus. Quand on en a vu une, on les a toutes vues.

Hier soir, désœuvré, ivre de frizzante au citron, j’ai zappé un bout. Et sur W12, je suis tombé sur un truc du genre « Que sont-ils devenus ? ». Ben les salauds !

J’ai appris qu’il existait des émissions qui recyclent les anciens candidats de téléréalité. Comme les poubelles de couleurs différentes. Sincèrement, j’en suis resté un peu baba. Certes, je ne connaissais aucun(e) des tatoué(e)s aux muscles démesurés. Ils avaient participé aux saisons 7 ou 43. Mais ce qui m’a vraiment épaté, c’est le calcul de ces gamin(e)s. En fait, ils se fichent plus ou moins de la télévision, même si la loi ayant évolué, ils sont payés pour buller au bord de la piscine vêtus du strict minimum pour éviter l’infamant -12 qui priverait le programme de sa cible prioritaire. Leur but est de devenir « influenceur ».

Alors, pour ceux d’entre vous qui n’ont pas la couleur, « influenceur » consiste à montrer sa bobine sur les réseaux sociaux en s’arrangeant pour positionner, bien en évidence, un produit qui doit séduire la jeunesse (les vieux aussi, enfin pas ceux de mon espèce qui considère les réseaux sociaux comme un progrès discutable, et qui ne sont pas « influençables »). Une jeune femme, notamment, était interrogée dans l’émission. Je n’avais jamais entendu parler d’elle, même pas par hasard. Elle annonçait un gain mensuel situé entre 80 000 et 100 000 euros pour placer des produits (généralement dans son décolleté avantageux) !

En ces temps de rentrée, je me demande comment des gosses en échec scolaire peuvent être motivés par un CAP lorsque des gamins à peine sortis du lycée gagnent des sommes indécentes en ne faisant quasiment rien.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

6 commentaires sur “Un flux en sueur

  1. Cher Jourd’hu, votre chronique pourrait finalement être lue sur inter aux heures de pointe.
    A propos des influenceurs, un quart au moins des abonnés à mon blog semble faire partie de cette engeance. Je ne me suis pas demandé comment des vendeuses et vendeurs de coaching ou de plats cuisinés pouvaient d’intéresser à des textes abscons et légèrement indociles.

    Aimé par 2 personnes

  2. C’est un autre univers et même si j’ai l’âge pas la plastique de rêve par contre, je ne trouve rien de séduisant à ce déballage… c’est indécent surtout lorsqu’on voit ce qu’ils en font, les dépenses dans tous les sens, sans la moindre jugeote ! Je suis certainement blasée on me taxera de jalouse, non je ne comprend pas cette vie c’est tout…

    Aimé par 1 personne

  3. Les « influenceurs » cette nouvelle manne pour les vendeurs de tout et surtout n’importe quoi auprès d’un public de têtes de mouches, c’est bien la version en ligne des camelots de foire, le sourire « steaks de boeuf » en prime ? ( hou quelle est vilaine la signataire du commentaire ! 😖) 😉

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s