C’est bon mais c’est chaud – Antoine de Caunes

C’est bon mais c’est chaud – Antoine de Caunes – Presses Pocket (Fleuve noir)

Pareil, comme vous. Jusqu’à peu, je ne savais pas que l’inénarrable Pénétrator, Gérard Languedepute ou Pine d’huitre écrivait des romans. Deux, dans les années 90. Je doute qu’ils soient toujours disponibles en librairies, je les ai trouvés dans une CAL.

Je m’attendais à tout de la part de l’ancien trublion du PAF, et étrangement, je n’ai pas été déçu. Entendons-nous bien, ses deux romans n’auront jamais les honneurs d’une anthologie du polar, toutefois, si on les compare à la production de ces quarante dernières années, monsieur de Caunes n’a pas de raison de rougir. Il n’a jamais caché son goût pour la culture US et, notamment, la littérature noire du milieu du 20è siècle. Malgré une volonté un peu agaçante de sortir un bon mot à chaque paragraphe, la lecture est assez plaisante, et très rapide. En filigrane, plane l’ombre de Mike Hammer ou celle de Philip Marlowe.

Dans la série, « La littérature dans les arbres », je vous présente Jean-Véronique, prunier de son état. Pour ceux d’entre vous qui ne seraient pas familier de cet arbre fruitier, je signale qu’il est très sympathique, peu exigeant, poli avec les étrangers, propre sur lui. De plus, il pousse aisément sous les mêmes latitude et longitude que le châtaignier présenté avant-hier. Et lui, à neuf ans, donne, avec générosité, de succulentes petites prunes rouges.

Non, mais arboro-culturellement.

Jourd’hu

6 commentaires sur “C’est bon mais c’est chaud – Antoine de Caunes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s