Les 40 glorieuses

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me raconte.

D’aussi loin que je m’en souvienne, je suis un bédéphile averti. Même si j’ai un peu lâché l’affaire depuis une vingtaine d’années (problème de place et de sous), je continue à dépenser ma fortune inexistante dans des albums cartonnés qui font mon délice, notamment pour poursuivre les séries en cours.

Je connais assez mal les parutions du 21è siècle, mais je suis incollable sur les 40 glorieuses. En gros de 1960 à 2000. J’irais plus vite en vous citant les BD qui n’ont pas croisé ma route ou qui n’ont pas su me séduire : « Le génie des alpages », « Dan Cooper », « Olivier Rameau », « Monsieur Rectitude et Génial Olivier » et quelques autres, mais assez peu.

Maintenant, je fais faire mon malin. Une fois n’est pas coutume. Hum hum…

Je possède un peu plus de 2000 bandes-dessinées. Les plus anciennes frôlent les 50 ans. Je précise aux cambrioleurs éventuels que ma collection n’a aucune valeur autre que sentimentale. L’argus de la BD (si si ça existe) me désespère car aucune pièce en ma possession ne vaut plus de 20 euros. Vous, en revanche, sans le savoir, vous avez, peut-être, un trésor enfoui dans un carton poussiéreux au fond de votre grenier. Les « Tintin » à reliure tissu peuvent valoir une fortune s’ils sont en parfait état (c’est à dire très rarement, car, quelle que soit l’époque, les enfants ne prennent pas soin de leurs affaires). Je possède un exemplaire de « L’oreille cassée » qui vaudrait, à une vache près, 250 euros si ma version morveuse n’avait pas dessiné dessus. Si je retournais dans le passé, je me filerais des baffes.

Mais au fond, peu m’importe. Je préfère vendre un rein (ah non, zut, je n’en ai qu’un qui fonctionne correctement), un poumon (mais personne n’en voudra vu leur couleur « taupe qui a trop pris le soleil »), bon, je préfère vendre mon fils virtuel, Ignace, plutôt que de me séparer d’un seul de mes amours de dessins et de phylactères.

Blueberry, Bruno Brazil, Red Dust, Corto Maltese, Marc Dacier, Boulouloum, Norbert, Kari, Chesterfield, Blutch, Durango, Largo Winch, Bernard Prince, Samy, Bobo, Gaston Lagaffe, Buck Danny, Michel Vaillant, Bruce Hawker, XIII, Chick Bill, Gil Jourdan, Félix, Léonard, Charly, Victor Sackeville, Tif, Tondu, Léo Loden, Théodore Poussin, Quick, Flupke, Astérix, Lucky Luke, Benoit Brisefer, les Schtroumpfs, Johan, Pirlouit, Iznogoud, Ric Hochet, Dick Hérisson, Ramiro, Ringo, Robin Dubois, Khéna, Jonathan, Jeremiah, Jerry Spring, Martin Milan, Lester Cockney, MacCoy, Simon du fleuve, Spirou, Fantasio, Thorgal, Tony Stark, Valérian, Jérôme Bloche, Jugurtha, Clifton, Louis la guigne, Mic MacAdam, Raymond Calbuth, Buddy Longway (liste non exhaustive) sont mes amis.

Non, aucun sexisme de ma part. De la part des auteurs de naguère, sans doute un peu. Natacha, Rubine, Yoko Tsuno, Comanche, les filles des « Passagers du vent », Aria, Carmen Cru, Jessica Blandy, Adèle Blanc-Sec, Sœur Marie-Thérèse de Batignolles, Laureline, Brelan de dames sont presque les seules héroïnes de ma bédéthèque. Ce n’est pas de ma faute, c’est l’offre.

Si vous voulez me faire un don de votre vivant, je recueille toutes les bandes-dessinées délaissées par leur propriétaire.

On se tient au jus.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

6 commentaires sur “Les 40 glorieuses

  1. Je vous rejoins sur votre passion bédéesque, et vos remarques quant aux héroïnes, cependant je ne peux m’empêcher de penser que passer à côté du génie des alpages de F’murr relèverait peut-être du snobisme, évidemment cet avis n’engage que moi et ne retire rien à vos qualités es bd, :-), bonne nuit

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s