La peur des bêtes – Enrique Serna

La peur des bêtes – Enrique Serna – Points (Phébus)

Je crois que je n’avais jamais lu de polar mexicain.

Celui-ci commence très bien. C’est sale, étouffant, outrancier, à la limite de la nausée. J’adore. Malheureusement, ce tableau idyllique ne dure que quelques pages. Serna est certainement un grand lecteur de polars US, et ça se voit un peu trop. Au lieu de faire évoluer ses lecteurs dans un Mexico City glauque, comme semblaient l’annoncer les premières pages, l’auteur glisse peu à peu vers une intrigue classique agrémentée, si on peut dire, de cousinages avec la production voisine d’outre Rio Grande : liste sans fin des rues et des quartiers, magouilles journalistiques, politicards corrompus…

J’avoue que je suis un peu méchant avec monsieur Serna. Au fond, même s’il manque un peu d’originalité, et s’il explore la presse mexicaine qui m’intéresse très peu, ce roman est très honnête. J’ose espérer que ce n’est pas le meilleur opus de cet écrivain. Je lirai certainement une autre de ses oeuvres.

A noter que le titre, traduit fidèlement, s’il est mystérieux, trouve une explication rationnelle.

Enfin, le vrai plus du roman, c’est la description de la société mexicaine. Et je vous assure que je suis bien content d’être né en France.

Non, mais culturellement.

Jourd’hu

Un commentaire sur “La peur des bêtes – Enrique Serna

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s