Un homme en colère

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Comme tous les citoyens majeurs de ce sacré pays de France, je suis éligible au tirage au sort.

Quoique.

Vu que je n’ai pas voté depuis le premier tour des présidentielles de 1995, je ne suis pas certain de toujours figurer sur les listes électorales.

Je ne veux pas faire partie d’un jury. Je refuse de faire partie d’un jury.

Tout me dérange dans cette « obligation civique ».

Comment une démocratie républicaine peut-elle réquisitionner ses citoyens pour juger un des leurs ? Comment un Français lambda, sans formation juridique, peut-il être en situation de décider si un criminel supposé est coupable ou non ? Chacun son rôle, et les vaches seront bien gardées, non ?

Si jamais, un jour, je suis tiré au sort, je ferai tout pour me défiler. Et il paraît que ce n’est pas simple. En effet, les juristes s’estiment au-dessus de la plèbe. La plupart considère comme déshonorant de devoir faire appel à de simples citoyens pour les aider à rendre un verdict. La justice est leur propriété. Leurs sentences ne souffrent d’aucune contestation. C’est une caste à part. Je le sais, je mange un avocat au moins une fois par semaine.

J’ai réfléchi. Après une semaine d’hôpital, j’ai élaboré une liste d’excuses que je présenterai à Môsieur le président de la cour.

  • J’ai des problèmes de prostate, il faut que j’urine toutes les demi-heures (ils n’iront pas jusqu’à me mettre un doigt dans le fondement, si ?).
  • J’entends très mal et l’acoustique de votre salle d’audience laisse à désirer (je doute qu’on me fournisse un sonotone administratif).
  • J’adore le « Tribunal des flagrants délires ».
  • Je refuse de jurer sur un bouquin qui ne raconte que des billevesées (ça c’est pour le cas où les Ricains feraient appel à moi ; risque très faible).
  • Vous avez l’air de parfaits imbéciles avec vos perruques miteuses (ça c’est pour le cas où les Angliches feraient appel à moi ; risque faible).
  • Votre machin en fourrure là, c’est de la vraie ?
  • Vous pourriez me prêter votre marteau s’il vous plait, j’ai un tableau à mettre au mur chez moi.
  • J’ai droit d’apporter un livre pour m’occuper pendant les passages un peu plus faibles ?
  • Je connais le prévenu, enfin, il me semble, je ne suis pas très physionomiste.
  • Je suis atteint du syndrome de Gilles de la Tourette.

Je suis à moitié narcoleptique, je m’endors n’importe où n’importe quand. Et ça, c’est la vérité. Impossible, pour moi, de ne pas roupiller durant de longs débats. Je ne suis pas convaincu qu’ils apprécieraient de me voir faire les cent pas pendant leurs bavardages.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

12 commentaires sur “Un homme en colère

  1. J’ai été tirée au sort il y a une quinzaine d’années pour être jurée en cours d’assise ( il y avait 3 crimes sordides dont un raciste ) je me suis présentée à la formation d’une journée avec aussi l’explication des crimes et le lendemain , flippée, je suis allée voir un médecin sympa qui m’a fait un certificat médical en écrivant que j’étais déprimée et incapable d’assumer ce rôle …et voilà …

    Aimé par 1 personne

  2. Il y a statistiquement bien plus de chances qu’un Américain (sans doute aussi un Anglais) soit désigné membre de jury qu’un Français. Déjà parce que, vous avez raison, chez nous il n’y a de juries qu’au pénal et donc, comme vous dites, pour « juger un des leurs » dans des affaires criminelles (cour d’assises). Aux Etats-Unis les juries jugent aussi des affaires civiles, avec des modalités différentes selon les Etats : au Texas, les affaires de divorce passent devant un jury ; dans le Delaware les affaires de droit commercial ne passent pas, par exception, devant un jury (et c’est sans doute pourquoi la plupart des grandes sociétés américaines sont incorporées au Delaware) etc. On peut penser que la démocratie consiste à poser un bulletin dans une urne régulièrement (en souriant s’il vous plaît), mais on peut aussi lire Tocqueville (« De la démocratie en Amérique ») et pleurer que ce grand auteur français soit si peu lu chez nous.

    Aimé par 1 personne

  3. Oh, ce n’est pas bien de se défiler ! Ceci dit, ce fut une de mes terreurs il y a quelques années quand je suis retournée vivre en campagne, je crois que j’invoquerai l’impossibilité d’être à l’heure à cause de la rareté des transports en commun ! 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s