Un air de famille

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me raconte.

Ma famille est une championne en matière de fâcheries. Je me demande même si je ne devrais pas contacter le Guinness Book.

J’ai deux neveux et une nièce, les enfants de ma sœur n°2 (je suis le n°3). Comme celle-ci s’est brouillée avec ma mère et que j’ai pris le parti de ma génitrice sans connaître la ou les raison(s) de l’antagonisme, je me suis retrouvé, de fait, écarté de la vie de la famille de ma sœur.

La brouille date de juin 2012. Les enfants avaient, respectivement, 19, 15 et 11 ans.

Le petit dernier a donc, aujourd’hui, 20 ans, et, si je le croisais dans la rue, je ne le reconnaitrais pas. La preuve, je l’ai croisé dans la rue, presque tous les jours, au mois de juillet. Non, il n’est pas devenu SDF. Il a travaillé à la ville. Enfin, « travaillé », n’exagérons rien. Il était chargé d’arroser les pots de fleurs accrochés aux façades des maisons pour faire genre « ville fleurie » alors que ça fait surtout suer d’être obligé de descendre du trottoir et de marcher sur la route au risque de se faire écraser par un 38 tonnes, pour ne pas prendre une douche gratuite, car, évidemment, ces saloperies de pots en apesanteur ne sont pas étanches, ce qui, soit dit en passant, serait beaucoup plus écolo et économique. Bref, Enguerrand (oui ma sœur a des goûts particuliers en matière de prénoms), arrosait les plantes au rythme essoufflé d’un cheval asthmatique dirigé par une jeune fille au smartphone greffé dans la paume de la main, canasson qui tirait la langue et une carriole d’un autre âge équipée d’une cuve emplie d’eau claire (quoique, j’imagine bien tout un tas de chimiquerie là-dedans, ce qui n’est pas top pour le shampooing). Bravo, ça c’est écolo, sauf que le bazar n’est pas mécanisé et qu’il faut cinq bonnes minutes pour remplir chaque bouquet perché. C’est long mais silencieux, contrairement à l’engin tonitruant que conduit mon voisin le long des trottoirs avec le volant à droite, pour nettoyer le caniveau, et qui me réveille pendant ma sieste de fin de matinée. C’est d’ailleurs ledit voisin qui m’a appris qu’il s’agissait de mon neveu, en haussant un sourcil broussailleux qui semblait signifier qu’il considérait que j’appartenais à une famille assez étrange, d’autant que sa femme bosse avec mon beauf, le père d’Enguerrand, suivez un peu, qui, lui-même, est un drôle de zigomar (il se prend pour le patron de la grande surface alors qu’il n’est qu’un vulgaire grouillot, et il ne commande pas le bouquin de son beau-frère, moi, avouez que c’est tordu) .

La dernière fois que j’ai vu ma nièce, Frénégonde, 25 ans, c’est dans le journal. Et heureusement que la photo était légendée.

L’aîné, dont je suis le parrain (encore une belle connerie), Chilpéric, 29 ans, est avocat. Il fréquente, comme aurait dit ma grand-mère. Si ça se trouve, je suis grand-oncle sans le savoir.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

3 commentaires sur “Un air de famille

  1. La mienne est championne du monde de l’éclatement : tous aux 4 coins du monde, va donc savoir qui a fait quoi en matière de progéniture et quid de ce qu’elle devient, car bien entendu : au bout d’un moment on se perd tous de vue à force de ne plus… se voir !
    D’un autre côté quand -dans une autre vie- il y avait de grandes réunions de familles à l’occasion de noces,d’enterrements ou d’anniversaires des aïeux ces piliers de la famille, ça barbait tous les jeunes que nous étions et que nos parents tiraient comme des boulets à ces mondanités. Notre seule consolation c’était de nous revoir entre cousins – à l’époque la familles ne s’était éclatée qu’aux 4 coins de la France- et d’avaler un maximum de petits fours !
    Nous n’avons jamais eu le loisir ni le temps de nous fâcher… ni de créer des liens à longs terme.
    Heureusement il reste les amis !

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s