Javert pas le choix

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Je suis un misérable. J’ai commis l’irréparable.

Pourtant, je m’étais promis de ne pas y toucher. Tout le monde me poussait à le faire. Et c’est comme ci et c’est comme ça. J’ai tenu bon. Plusieurs années même. Ma théorie était que la nature ne nous avait pas attendus, nous les humains omniscients. J’avais décidé de lui faire confiance, de la laisser se débrouiller en quelque sorte.

Mais la nature n’aime pas les limites. La nature ne connait pas les frontières. J’ai dû lui en imposer.

Je suis un misérable. J’ai commis l’irréparable.

Mais, auparavant, je me suis adressé aux créatures. Je leur ai demandé pardon. Je les ai suppliées de comprendre mon geste. Je ne suis pas convaincu qu’elles m’aient écouté. Je suppose même qu’elles se sont bouché les oreilles. Enfin, si elles en ont.

J’étais acculé. Aucune issue. Je devais me faire violence, et tant pis pour les conséquences.

Quelle arme choisir ? J’avais l’embarras du choix, je les collectionne. Il en fallait une spéciale. Pas une vulgaire cisaille. Je l’ai extrait de son emballage. Elle luisait au soleil d’octobre. Lames en acier inoxydable, poignée ergonomique. Et une dragonne, important la dragonne.

Avant de trancher, j’ai caressé chacune de mes victimes. Je leur ai affirmé que tout allait bien se passer. Elles n’ont pas souffert. Je veux le croire en tout cas.

Je suis un misérable. J’ai commis l’irréparable.

Bref, j’ai taillé mes arbres fruitiers.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

5 commentaires sur “Javert pas le choix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s