Kursk

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je suis trop fatigué pour chroniquer.

Il faut dire que je me suis levé à 10H45 et, pour autant, je n’ai fait que deux siestes.

Alors, pour ne pas trop vous décevoir, lectrices adorées, je vais inaugurer le billet cinématographique.

Ce soir, j’ai regardé « Kursk » réalisé par Thomas Vinterberg. Rappelons, pour mémoire, que monsieur Vinterberg est l’auteur de « Festen », l’un des dix meilleurs films de tous les temps. Selon mes critères hein ! Pas ceux de Télérama qui place ce film en 47 551 309è position, car qu’il est en couleur, qu’il n’est pas muet, qu’il n’est pas Ouzbek et qu’il dure moins de quatre heures. Sans être tombé dans l’oubli, il faut bien reconnaître que Vinterberg n’a pas transformer l’essai, il n’est pas passé pro.

« Kursk » aurait pu être un bon film du dimanche soir. Un film « catastrophe » comme Hollywood savait en produire dans les années 70. Souvenez-vous de « La tour infernale », « 747 en péril », « L’aventure du Poséidon », « L’odyssée du Hindenburg », « Airport 80 Concorde », à non, pardon, ce dernier est une catastrophe de film davantage qu’un film catastrophe. « Kursk » manque de souffle épique (et de bons techniciens pour les effets spéciaux). Les films catastrophe hollywoodiens des années 70 dégoulinent de patriotisme, de larmichettes et de bons sentiments (ultra énervant tout cela, je vous l’accorde, comme disait le marchand de pianos, mais inhérent au genre). Il y a toujours un gentil qui meurt. Dans « Kursk », tout le monde meurt. Pourquoi pas me direz-vous ? En effet vous répondrais-je. Toutefois, si vous avez suivi les actualités de ces vingt dernières années, vous savez que tout le monde meurt, et ça gâche un peu le suspense.

Certes, lorsque l’on regarde « Titanic », on sait aussi comment se termine l’histoire. Sauf que, jusqu’au bout, on imagine que Rose va pousser un peu ses fesses pour faire de la place à Jack sur le bout de bois.

En conclusion, je me permettrai d’affirmer qu’un bon film catastrophe ne peut se baser sur des faits réels.

Voilà mes p’tits gars, ça c’est de l’analyse cinématographique.

Un petit truc en plus, histoire de me fâcher avec la moitié d’entre vous. Un sujet qui ne manquera pas de déclencher une polémique. Léa Seydoux. Voilà, bonne nuit.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

Publicité

10 commentaires sur “Kursk

  1. Tandis que moi, hier, je me suis levé vers quatre heures du matin, après une nuit fort agitée. J’ai été invité, la veille au soir, à donner une nouvelle conférence sur un nouveau sujet. Une foultitude d’idées m’ont assailli de leurs plumes et de leurs piques. Après 24 heures, une sieste et pas mal de travail, les têtes de chapitre existent et un tiers des planches sont déjà l’objet de brouillons. Bon j’ai plusieurs avantages, ou un handicaps c’est selon : 1- Je ne regarde jamais la télévision. 2- Je ne suis pas un grand amateur de films. 3- Je suis dyslexique.
    Belle journée à toi, Patrick.
    PS. Dossiers froids est arrivé !

    Aimé par 1 personne

      1. Dans le cinéma que ce soit côté production ou acteurs, cela devient des entreprises familiales que l’on se refile de génération en génération. Il n’y aura bientôt plus que 2 ou 3 noms en tout et pour tout, à force d’alliances entre les uns et les autres.
        Les Delon père, fils et fille, les Belmondo fils (Paul) & petit-fils (Victor), les Brasseur de pères en fils, les Depardieu, père, fils et fille, pour ne citer que les noms les plus populaires.
        Alors quand ta famille produit des films, le filon est aussi tout trouvé et… très sûr. Alors que tu sois bon ou mauvais acteur, qui contrariera celui par qui se fait le film, ou sur qui repose le film ?

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s