Cuisine chinoise

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Bien qu’ayant atteint un âge qui m’aurait permis de postuler au rang d’homme-médecine au mésozoïque, je crois pouvoir dire que je vis avec mon temps. Comme Simone Signoret, en son temps. J’essaye de me tenir au courant des différentes avancées technologiques comme le magnétoscope ou le crayon quatre couleurs.

Toutefois, il arrive que mes neurones fatigués aient des difficultés à intégrer une notion nouvelle car, en dépit d’une scolarité honorable, quelques lacunes cognitives assaillent mes capacités de compréhension.

Depuis quelques semaines, je n’entends, ne lis qu’un mot. Woke.

Je connais parfaitement l’ustensile de cuisine d’origine asiatique dont je fais usage régulièrement pour préparer mon frichti. D’ailleurs, je vous conseille fortement de vous former à l’utilisation de ce bienfait de la civilisation qui cuit en douceur, sans agresser les aliments et en conservant les saveurs, les textures et les vitamines. La version électrique fonctionne très bien. Ne me remerciez pas.

Sauf qu’il ne s’agit pas du wok, mais de la culture woke.

To wake, I woke, waken.

Je suis imbattable sur les verbes irréguliers anglais.

En revanche, les différents néo-mouvements sociétaux me laissent un peu sur la berge.

Je me suis un peu renseigné, histoire de ne pas passer pour une triple buse, et afin de ne pas dévaloriser ce blog hautement sérieux et particulièrement informé.

La woke culture est la conscience des injustices et des oppressions qui pèsent sur les minorités.

Ben mon vieux ! Vraiment rien à voir avec les pousses de soja !

Je me demande si « woke » a quelque chose à voir avec « I have a dream ». Au fond, ce serait assez logique.

Ce que j’aime dans tous ces nouveaux trucs, c’est qu’ils traduisent une volonté de la jeunesse de bouleverser les règles établies par des septuagénaires en costumes Armani, complètement largués par la société d’aujourd’hui et qui feraient mieux de rentrer chez eux fumer leurs cigares puants et boire leur ouiski trente ans d’âge. Donnons les clés à la jeunesse, elle ne fera pas pire de toutes façons.

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

5 commentaires sur “Cuisine chinoise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s