A comme Argent

(bonjour madame, bonjour monsieur, je m’appelle Ignace, j’ai cinq ans et je suis le fils de Gifnem29 ; mon papa a décidé de prendre un peu de recul avec son blog car la célébrité lui pèse un peu ; par conséquent, je profite de cet espace pour faire mes devoirs ainsi je ne gâche pas du papier et je participe au bien-être de la planète que vous avez bien fichu en l’air ; notre professeur de philosophie quantique nous demande de constituer un abécédaire existentiel représentant la déchéance inaliénable de notre société égotique en regard de l’individualisation à outrance liée au numérique triomphant ; en grande section ! va trouver ça dans le civil !)

Contrairement à une idée reçue, l’argent trouve son origine dès la préhistoire. En effet, déjà à l’époque, une partie des êtres humains exploite les autres. Ainsi Jean-Claude Cromagnon (né à Durtal) est un gros fainéant. Chaque jour il part à la chasse mais revient systématiquement bredouille (broucouille comme on dit dans le Bouchonnois) car il passe sa journée à ronfler dans un buisson. Or, il doit nourrir sa famille forte de quarante-sept marmots (que JC se refuse à dévorer, même en cas de vaches maigres). Certes la cueillette, dont s’occupe Jeanne-Claudine, apporte le minimum vital, mais un peu de viande dans les airelles ne serait pas de refus. Alors Jean-Claude réfléchit. Il fait les cent pas, les mains dans le dos, en shootant dans des petits cailloux. Et tout à coup, c’est l’illumination.

Jean-Claude ramasse deux cailloux plats et s’enferme dans son laboratoire pour le restant de l’après-midi. Il ponce, il meule, il lustre, il crache, il dort et il boit une pinte de sang d’aurochs vieilli en fût de chêne pour fêter son invention. En début de soirée, JC se rend chez son cousin Jean-Hervé. Il parvient à l’embobiner et lui échange un caillou sculpté contre un lièvre des neiges à la cuisse charnue. Ensuite, il tente de lui fourguer six caves, mais c’est un peu tôt dans l’histoire de la banque.

Le processus est lancé. Le lendemain, Jean-Hervé veut récupérer son lièvre car il a désaoulé, pourtant JC parvient à le convaincre de lui restituer le caillou sans pour autant lui rendre le lièvre qui se désagrège lentement dans ses intestins. Il lui confère ce secret qui perdure encore aujourd’hui à la Société Générale. « Si tu me confies ton caillou pendant trois lunes, je t’en donnerai deux lorsque les crocus poindront ». JH lui fout son poing dans la gueule et embarque Jean-Kevin, le petit dernier pour son repas du soir. Jean-Claude jure, mais un peu tard, qu’il enterre son idée pour l’éternité.

Raté.

Mais non ? Sérieusement ?

Ignace la Menace

« – Ignace ?

– Je travaille papa.

– Tu quoi ?

– Je travaille, tu ne peux pas comprendre.

– Ah bon …

– Va te coucher papa, mais n’oublie pas de changer la litière des chattes, de repasser mes fringues pour demain, de ramoner la cheminée et de terminer la tapisserie de ma chambre. Et apporte-moi un jus de pomme. Bonne nuit.

– Euh… Bonne nuit Ignace ».

11 commentaires sur “A comme Argent

  1. J’ai hésité à me réveiller ce matin, mais j’ai bien fait d’avoir ouvert un oeil pour repérer l’état des lieux de ton blog ! Je ne suis pas déçue de cette reconstitution de l’aventure… bancaire ! Ignace reprend sa vie en mains, c’est bien, mais ce ne doit pas être pour autant le point final de l’aventure de Genem, hum ? 🤨(je me méfie)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s