Le crépuscule et l’aube – Ken Follett

Le crépuscule et l’aube – Ken Follett – Robert Laffont

Il y a quelques années, j’ai entendu Yann Moix chroniquer un bouquin de Follett. Il en disait pique pendre. Pour lui, Follett représentait la négation de la littérature, le néant de l’intellectualisme. Fort bien.

Je n’ai jamais lu de roman de Yann Moix, et je crois que je vais m’abstenir encore un peu.

Ken Follett est un magicien, mais un vrai. Il parvient à saisir son lecteur par la peau du cou, avec délicatesse, et à le déposer dans son histoire. Pendant 850 pages, j’étais, littéralement, à Dreng’s Ferry, dans le sud de l’Angleterre des années 997/1007. J’étais assis dans l’herbe, j’avais un peu frais, et j’observais la vie de cette bourgade, de ses habitants, certains honnêtes et travailleurs, d’autres perfides et cruels, et j’aimais cela.

Ken Follett ne décrochera, sans doute pas, le prix Nobel de littérature. Son style est trop simple, trop accessible au plus grand nombre. En revanche, il obtient tous les prix des lecteurs dans tous les pays où il est traduit.

Sherry on the cake, un peu à l’image des romans de Dumas, les livres de Follett sont très instructifs. Peut-être pas pour des historiens aguerris, mais pour des citoyens lambda qui apprécient de se cultiver tout en passant d’excellents moments de lecture.

« Le crépuscule et l’aube » précède de quelques années « Les piliers de la terre », chef d’œuvre de l’auteur.

Précipitez-vous, je ne veux rien savoir.

Non, mais culturellement.

Jourd’hu

20 commentaires sur “Le crépuscule et l’aube – Ken Follett

  1. Dans « Les piliers de la terre », Ken Follet vous attrape par les cheveux dès le début de l’histoire et vous entraîne dans un périple qui vous laisse haletant et pantois. Il est impossible de ne pas aller jusqu’au bout, même s’il est vrai que deux tomes eussent été préférables au seul et unique pavé imposé au lecteur par ce grand scénariste. Une référence absolue dans l’art et la manière de faire rebondir le suspens. A lire à tout prix, ainsi que « Cent ans de solitude » de Gabriel Garcia Marques, qui est un pur chef-d’œuvre, extrêmement drôle contrairement à ce que son titre semble suggérer. Hors sujet, là ? Tant pis.

    Aimé par 1 personne

  2. 100 ans de solitude c’est vrai que ça commence à faire longuet… (déjà à 82 et des poussières : je ne compte plus depuis longtemps !).
    Bon, bref… Follet ? Tiens, pour une fois que j’ai lu quelqu’un dont tu parles dans tes critiques (mais comment fait-il pour lire tout ça aussi vite, ce c… !). J’ai lu « les piliers de la terre » (bouquin que m’avais prêté une anglaise (alcoolique) mais cela n’intéresse personne, je suppose ?!). J’avais bien aimé le pavé. Les cathédrales et les bûchers de sorcières sont des sujets qui me plaisent assez…
    Écriture trop simpliste pour un Nobel de littérature ? Pas sûr ! As-tu lu (oui, certainement !) du José Saramago ? Prix Nobel en 1988. C’est lisible par tout le monde et puis on se marre bien aussi !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s