Dans le caca

Je ne sais pas vous, cher lectorat attentif, mais moi, parfois, je me demande.

Ce matin, à la brume, plus exactement au brouillard, comme on dit ici, je me baladais sur la plage, histoire de ramasser un peu de bois flotté afin d’agrémenter mon feu de cheminée de ces branches odoriférantes qui embaument la maison. Dommage que je n’ai pas de cheminée. Au détour d’un rocher, je croisais Gilbert, 79 ans, heureux retraité, dont la principale activité consiste à sortir Bernard, son chien, quarante-trois fois par jour, afin qu’il vide ses intestins (le chien pas Gilbert). Gilbert est un citoyen exemplaire qui remplit ses poches de sac à crotte(s) dans le but que Bernard ne souille pas le merveilleux sable blanc qui fait le bonheur des enfants de pauvres lors des mois d’été. Gilbert est intransigeant sur ce point.

Une fois Gilbert disparu à l’horizon moutonné, je continuais ma marche sablée, qui dessine les mollets. Au détour d’une colline de varech abandonnée par les éléments après la récente tempête, je tombai nez à nez avec un horrible monstre à deux têtes. Mon sang ne fit qu’un tour et je m’apprêtais à prendre mes jambes à mon cou, quand je me rendis compte qu’il s’agissait d’un cheval surmonté de sa cavalière. Après avoir pris mes distances, je saluais la dame et sa monture. Aucune réponse, sauf si l’on considère que les chevals disent bonjour en lâchant un chapelet de crottin fumant. Comme la jeune femme s’éloignait sans se soucier de la pollution équine qu’elle abandonnait dans son sillage. Je haussai la voix.

— Madame, je crois que vous avez perdu quelque chose.

L’écuyère fit exécuter une volte-face à son esclave, me toisa du haut de sa selle ouvragée et jeta un regard dédaigneux à l’endroit du délit intestinal.

— Qu’est-ce que ça peut te foutre ? T’es de la police ? Et c’est naturel et biodégradable, fais pas chier.

Je reconnais que l’espace d’un moment fugace, je fus désarçonné. Mais c’est une image. La concernant, c’est un fait. Luttant contre mon équinophobie, je saisis la délinquante par le talon et la fit vider ses étriers en un tournemain. Le sable et le crottin amortirent sa chute, alors que Tornado filait comme le vent. Un bon coup de bois flotté sur l’occiput de la récalcitrante eut raison de la sienne. Bien qu’elle fût hors de combat, je lui hurlai à l’oreille.

— Et ta connerie, elle est biodégradable ?

Maintenant, je suis un peu embêté. Comprenez-moi, mes moyens sont modestes, ma pitance ordinaire. Comment puis-je prendre soin de cette jeune femme installée dans la cave, enchaînée à un vieux radiateur en fonte ? En plus, elle est végane et a refusé de manger mes excellentes brochettes de bréniques.

J’attends vos suggestions (notamment les tiennes Ernest, je suppose que tu as de l’expérience en la matière).

Non, mais sérieusement.

Gifnem29

16 commentaires sur “Dans le caca

  1. Yo !
    Sorry, je serais bien passé (avec ma camionnette) pour te débarrasser du paquet, sauf que je n’ai plus une seule place de libre dans mon sous-sol (je suis tombé dernièrement sur un mini-van de gymnastes suédoises). Mais, je crois que tu as une tronçonneuse, non ? Et une pelle ? Quelle chance d’avoir des dunes à proximité (chez moi, on attaque le rocher dès qu’on creuse un peu).
    PS ; n’oublie pas de mettre une blouse, ça tache !

    Aimé par 6 personnes

      1. Tu pouvais, mais je viens de te répondre que cela ne serait pas possible ! Par contre, je viens de me souvenir que cela pourrait intéresser un de mes potes de catéchisme (actuellement en Turquie, mais il revient de temps en temps en France) : Il s’appelle Xavier…

        Aimé par 2 personnes

  2. On ne sait même pas si elle est jolie … monstre à deux têtes c’est pas engageant tout de suite , pis végane en prime pfff. Par contre la cave attention c’est sacré surtout s’il y a des conserves de cerises à l’eau de vie et du pinard. Je l’aurais mise au grenier avec l’ail qui pendouille. Sinon du crottin de cheval je sais pas si ça se mange chez les véganes …

    Aimé par 2 personnes

  3. La cave c’est bien. Pour le repas il faudrait peut être lui ramener Tornado, elle devrait apprécier 😏 ou à défaut du cheval, elle peut toujours préférer les jolis paquets naturels et biodégradables qu’il a laissé sur la plage ? Toute façon, dans 7 ou 8 jours, elle ne sera plus aussi difficile culinairement parlant !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s