Faux amis – Linwood Barclay

Faux amis – Linwood Barclay – J’ai lu (Belfond)

Je croyais découvrir un auteur dont une personne me parlait sans cesse, mais après vérification, j’ai déjà lu Barclay, « Mauvais garçon », dont je ne garde aucun souvenir. Et c’est étonnant.

Comme il arrive parfois, la lecture de ce roman fut une expérience. Je n’avais jamais rien lu de tel.

Pourtant, il s’agit d’un roman policier assez classique, facile à lire, qui ne sortirait pas du lot si l’auteur n’utilisait pas un stratagème littéraire plutôt futé. Pour vous donner une image, j’avais l’impression de regarder un épisode des « Feux de l’amour » sans avoir vu les précédents et sans que la compréhension en pâtisse. Non pas pour le thème, rassurez-vous, pour le principe. Je crois, mais je vérifierai, que Barclay situe tous ses romans au même endroit, à la même époque. Mieux, le lecteur suit les aventures des habitants, de manière chronologique. Le seul petit problème, c’est que l’auteur fait souvent référence aux bouquins précédents, et annonce même les livres suivants. Mais je le répète, cela ne dérange absolument pas la lecture. Si vous voulez, c’est comme lorsque vous avez lu « Germinal » (tout le monde a lu « Germinal », ou fait semblant) qui est le treizième de la série des Rougon-Macquart, sans avoir lu les douze premiers. Vous comprenez l’histoire, mais il vous manque des éléments (jeunesse, crimes antérieurs, généalogie etc…).

Comme je suis un garçon obsessionnel, je regrette un peu de ne pas avoir commencé par le début , « Cette nuit-là », mais je vais faire comme si j’étais un obsessionnel à la mémoire défaillante, et je vais recommencer l’œuvre de Barclay à zéro. Ce sera, je l’espère, comme si je lisais une saga de plusieurs milliers de pages.

En parlant de saga, je trouve que le genre n’est plus très renouvelé. Si vous pensez comme moi, je vous conseille vivement James A. Michener, sympathisant de la cause amérindienne et auteur d’une vingtaine de romans-fleuves excellents, notamment « Chesapeake ». Sa marque est de choisir un endroit du globe et de tout raconter à son sujet, un pur délice.

Non, mais culturellement.

Jourd’hu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s